Dans les agences de voyage, on navigue entre incertitude et inquiétude

Dans les agences de voyage, on navigue entre incertitude et inquiétude
2 images
Dans les agences de voyage, on navigue entre incertitude et inquiétude - © MAXIME ASSELBERGHS - BELGA

Beaucoup de questions continuent de se poser dans le cadre de la possible faillite de Thomas Cook/Neckermann en Belgique. Et cela se ressent fortement dans les agences de voyage du pays.

A Kraainem, les employés de l’agence Neckermann ont ouvert le magasin ce matin sans savoir vraiment quoi répondre aux clients qui allaient se présenter. Faute d’informations précises, la réponse est donc toujours la même comme l’explique ce client : "On a organisé un voyage pour Chypre, mais on ne sait pas ce qu’il en est. On va devoir attendre les évolutions […]. A l’agence, ils ne nous ont rien dit de spécial. Ils n’ont pas d’informations supplémentaires que ce que nous avions déjà. Ils m’ont même dit qu’eux, officiellement, n’ont reçu aucune information par rapport à ce que j’ai vu sur certains sites. Donc il faut attende".

Le syndicat libéral appelle à la fermeture

Face à ce manque d’informations et de consignes claires, le syndicat libéral CGSLB a suggéré aux agences Thomas Cook et Neckermann du pays de rester fermées ce mardi. Le syndicat libéral estime préférable pour les travailleurs de ne pas ouvrir les agences et surtout de se rendre au siège social à Gand pour réclamer des éclaircissements. Il y a 91 agences du groupe Thomas Cook en Belgique (Thomas Cook et Neckermann), le syndicat libéral estime que la moitié de ces agences étaient fermées.

La solidarité des clients

Pour l’heure, il est difficile de savoir combien d’agences sont effectivement fermées. Dans celle de Kraainem, les employés ont préféré ouvrir car ils n’ont pas la force de se rendre à Gand. Certains estiment aussi qu’ils sont toujours engagés et doivent donc tenir leur commerce.

Dans cette ambiance pesante, les employés ont pu compter sur les marques de sympathie de plusieurs clients : "Ici, le personnel est très gentil. Il fait tous les efforts possibles pour nous aider, nous accompagner. Chapeau car ce n’est pas évident pour eux. Nous, on perd un voyage, eux, c’est leur boulot, c’est autre chose. Un voyage, ce n’est rien par rapport au drame que ces gens vivent".

Certains visiteurs se sont même présentés à l’agence avec des fleurs. Un petit geste pour rappeler que si la situation de Thomas Cook/Neckermann en Belgique impacte les voyageurs, elle a aussi des conséquences sur la vie des 600 travailleurs du groupe.

Direct d'Aline Delvoye dans notre journal de la mi-journée:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK