De gauche à droite, quels discours les partis politiques tiennent-ils ce 1er mai?

De gauche à droite, quels discours les partis politiques tiennent-ils ce 1er mai?
De gauche à droite, quels discours les partis politiques tiennent-ils ce 1er mai? - © Tous droits réservés

Comme de coutume, différents partis politiques tiennent un discours à l'occasion du 1er mai, la fête du travail. Ces discours ont lieu sur fond de campagne électorale pour les provinciales et communales de 2018. Retrouvez les points de vue des partis politiques :

MR: "Nous sommes des réform'acteurs"

Le Mouvement réformateur, seul parti francophone présent au gouvernement fédéral, est satisfait de son bilan: "Les bons résultats de notre action sont incontestables et salués par de nombreux organismes indépendants comme le Bureau du Plan ou la Banque Nationale", a déclaré le président du MR, Olivier Chastel, lors du rassemblement à Cour-Saint-Étienne, dans le Brabant wallon.

Le PS présente son nouveau pacte social

La présidente de la fédération bruxelloise du PS Laurette Onkelinx, en appelle au départ de Charles Michel et juge que "le gouvernement fédéral a enclenché la marche arrière du progrès".

À Baudour (Hainaut), le président du parti, Elio Di Rupo, n'était pas tendre non plus envers le gouvernement fédéral. Le PS entre par ailleurs en mode campagne électorale et propose un nouveau pacte social.

Ecolo veut des emplois de qualité  

Le parti écologiste n'a pas organisé de rassemblement à l'occasion de la fête du travail, mais a envoyé un communiqué dans lequel il  dépose 5 propositions de loi visant à améliorer la qualité de l'emploi. " "La personne humaine ne se réduit pas à son statut de travailleur et à sa capacité à contribuer à l'économie", peut-on lire dans ce communiqué. 

Le PTB lutte pour des pensions dignes 

Raoul Hedebouw, figure de proue du PTB, ne veut pas des plans de pension à points du gouvernement fédéral. Il a également manifesté son soutien aux travailleurs de Lidl.  "Les travailleurs de Lidl sont soumis à une flexibilité à outrance, sans bénéficier de contrats à temps plein! ", a-t-il dénoncé.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK