(Dé)confinement : " Faire du sport, oui mais près de chez soi ! "

(Dé)confinement : " Faire du sport, oui mais près de chez soi ! "
(Dé)confinement : " Faire du sport, oui mais près de chez soi ! " - © ERIC LALMAND - BELGA

A l’issue du dernier Conseil National de Sécurité, la Première ministre Sophie Wilmes a annoncé qu’il serait désormais possible dès le 4 mai de pratiquer un sport en famille en y associant au passage deux personnes supplémentaires.

Cet assouplissement facilite la pratique de certains sports compatibles avec le respect des règles de distanciation physique comme le tennis, le golf, ou le kayak.

Pas de déplacement en voiture sans raison valable

Mais attention en ce qui concerne les modalités de déplacements aucun changement notable n’a été communiqué jusqu’ici. Or il est indiqué dans la déclaration issue du CNS du 24 mai que " toute mesure qui n’est pas explicitement supprimée est maintenue ", ce qui signifie notamment que " seuls les vélos (y compris les vélos électriques) et les engins non motorisés peuvent être utilisés pour les activités ". Suivent une série de dérogations, dont celle pour les familles avec enfant(s) jusqu’à 5 ans qui peuvent se déplacer en voiture.

Dès lors sauf avis contraire, pas question à partir du 4 mai de se rendre par exemple en voiture jusqu'à la Lesse pour pratiquer le kayak ou même de rejoindre son terrain de golf ou de tennis habituel sans risquer une amende. 

De manière anonyme, le policier que nous avons contacté reconnait le flou artistique qui risque de perdurer au-delà du 3 mai si la communication vers les citoyens n’est pas améliorée.


►►► A lire aussi : Retrouvez tout notre dossier sur le coronavirus


Les règles de sécurité doivent pouvoir s'appliquer 

A titre personnel indique-t-il, il aurait tendance à ne pas sanctionner les personnes respectant la distanciation sociale qui choisissent de se rendre à la pêche ou à leur club de tennis ou de kayak. Mais c’est aussitôt pour ajouter qu’il n’est pas persuadé que le patron de la zone de police de la Lesse partage la même vision du (dé)confinement...

Hélène Lebrun, la bourgmestre de Houyet d'où partent en saison une partie des kayaks sur la Lesse se montre dubitative lorsqu'on évoque le retour des kayakistes : " J'attends de plus amples informations du Gouverneur mardi mais pour moi un démarrage des "descentes" le 4 mai me paraît exclu. Pas de problème pour le kayak pratiqué en individuel, mais lorsqu'il s'agit de descendre la Lesse, c'est autre chose. Ce sont des centaines de touristes qui affluent par beau temps, ce qui suppose une organisation très contraignante si l'on veut garantir les règles de distanciation sociale".

Pas de place pour l'improvisation en matière de crise sanitaire

Et Hélène Lebrun d'indiquer que les touristes d'un jour empruntent aussi obligatoirement bus ou train pour se rendre sur les sites de descente, qu'ils s'arrêtent le long du parcours pour de courts repos, des lieux où les rencontres sont inévitables, il n'y a donc pas place pour l'improvisation.

Ce lundi une réunion du comité de crise communal était prévue pour discuter de la réouverture prochaine des écoles, la question des kayaks risque bien de s'ajouter à l'ordre du jour.

Reportage de ce dimanche dans des clubs de kayakistes:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK