De Block confirme une pénurie de gériatres dans une Belgique vieillissante

La ministre de la Santé Maggie De Block
La ministre de la Santé Maggie De Block - © Archive ERIC LALMAND - BELGA

La Belgique connaît une pénurie de gériatres qui ne fait que croître face au vieillissement de la population et au flux limité de médecins entrants spécialisés en ce domaine, admet la ministre des Affaires sociales et de la Santé Maggie De Block dans une réponse à une question écrite posée par la députée MR Kattrin Jadin.

Fin 2012, on comptait 283 gériatres habilités à professer en Belgique dont 270 étaient effectivement actifs. En comparaison avec les quotas minimums introduits pour les nouveaux gériatres, on comptait en 2013, un déficit cumulé, depuis 2004, de respectivement 7 et 45 gériatres en Communauté française et flamande. Ce déficit s'accroît d'année en année. La ministre est particulièrement inquiète de la situation en Flandre dont la population vieillissante est plus importante qu'en Wallonie et à Bruxelles.

La ministre a rappelé les pistes du conseil supérieur des médecins spécialistes et généralistes pour réformer la médecine concernée. Les études en six ans débutent désormais par un tronc commun de trois ans au cours duquel la formation en gériatrie sera généralisée. Les choix pour les sous-spécialités n'interviendront qu'ensuite. Ce choix doit permettre d'orienter plus de candidats vers la gériatrie. La nomenclature a par ailleurs été revue.

Les chiffres donnés par la ministre confirment également un déficit cumulé de respectivement 87 et 326 unités pour la médecine générale en Communauté française et flamande. Pour la médecine aiguë (première ligne d'urgence), le déficit est de 22 et 11.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK