De Backer sur la réforme de l'inspection sociale: "Bien davantage qu'une nouvelle structure"

De Backer sur la réforme de l'inspection sociale: "Bien davantage qu'une nouvelle structure"
De Backer sur la réforme de l'inspection sociale: "Bien davantage qu'une nouvelle structure" - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

"La réforme de l'inspection sociale s'intègre dans une vision moderne et efficace de la lutte contre la fraude. Cela comprend bien davantage qu'une nouvelle structure", a indiqué samedi le secrétaire d'Etat à la lutte contre la fraude sociale, Philippe De Backer (Open Vld). Il réagit ainsi à une lettre du patron du SPF Sécurité sociale, Frank Van Massenhove, critiquant vertement un projet de réforme de l'inspection sociale.

Le secrétaire d'Etat indique mettre en œuvre l'accord de gouvernement. "Nous travaillons à une vision cohérente des services d'inspection du futur. Nos services d'inspection sociale sont une référence en Europe, notamment dans le domaine du datamining et de la lutte contre la fraude sociale transfrontalière, mais je souhaite les rendre encore plus performants sur le terrain et les préparer pour l'avenir."

Plus d'inspecteurs sociaux

Selon Philippe De Backer, les compétences des huit services d'inspection existant aujourd'hui se chevauchent souvent, avec comme conséquence une "fragmentation des contrôles sur le terrain". "Nous voulons remédier à ces chevauchements, uniformiser les processus internes, numériser les contrôles et renforcer les services d'inspection sur le terrain. Un centre de connaissance sur la fraude sociale est également prévu. Chacun reconnaît la nécessité de changement, mais personne ne veut changer. Cette réforme s'intègre dans une vision moderne et efficace de la lutte contre la fraude et cela comprend bien davantage qu'une nouvelle structure", a-t-il ajouté.

M. De Backer continue à plancher sur la réforme, signale-t-il, "en concertation avec toutes les parties prenantes dont les services concernés, les syndicats et les auditeurs du travail". Le secrétaire d'Etat ajoute que les services d'inspection devraient être renforcés, passant de 1200 à 1300 inspecteurs sociaux, et que "la lutte contre la fraude sociale et le dumping social s'en voit donc renforcée".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK