David Clarinval (MR) appelle à "régler le court terme" et propose des séances psy gratuites pour les indépendants

A la veille d’un nouveau comité de concertation, et au lendemain d’un appel à une réflexion stratégique sur la gestion de la crise par trois experts reconnus, David Clarinval, le ministre fédéral des Indépendants, des PME et de la Classe moyenne, était l’invité de Matin Première.


A lire aussi : Revue de presse : n’est-il pas temps de changer de stratégie ?

A lire aussi : "Mesures qui changent sans cesse, solitude imposée, …" : les médecins généralistes alertent du mal-être des Belges face au Covid


 

Thomas Gadisseux et Martin Bilterijs sont revenus donc sur carte blanche d’hier, appelant à modifier la stratégie de déconfinement. Le ministre trouve cela "très intéressant". Et de rappeler : "Sur le principe, c’est une excellente idée. Il y a déjà plusieurs mois, nous avions évoqué le fait de passer d’une gestion de crise à une gestion de risque". Mais il tempère : "il faut d’abord régler le court terme".


A lire aussi : Label "covid-safe": trois experts proposent une autre stratégie pour sortir du yo-yo des fermetures


pas simple à mettre en place

Pour David Clarinval, ce n’est pas effectivement "pas simple à mettre en place". Cela devrait donc être fait dans un futur un peu plus lontin, et alors "ne plus parler par secteurs, mais de manière transversale, avec des phases pilotes. Par exemple à Vienne, l’orchestre philharmonique qui vient de faire un projet pilote pour organiser un concert de manière covid-safe "


A lire aussi : Coronavirus : la fédération des festivals de Wallonie-Bruxelles exprime son ras-le-bol

A lire aussi : Concerts tests, reports, annulations : après le live de Barcelone, qu’en est-il en Belgique ?


Pour le ministre libéral, on joue donc sur du "moyen/long terme". Et de trouver des solutions avec "les virologues, en premier lieu, qui nous conseillent". " Si on veut avoir une réponse individuelle, avec par exemple un contrôle qui se ferait par les communes, ça ne se fait pas comme ça en deux trois jours. Il faut planifier les choses ". Et l’homme politique de répéter sa priorité pour le court terme : répondre aux demandes des secteurs toujours fermés, apporter des réponses économiques et veiller au bien-être psychologique des indépendants en souffrance (nous y reviendrons plus bas).

"Devoir de réserve"

Le gouvernement a-t-il "péché" par manque d’anticipation ? Aurait-il pu mettre en place déjà un système de covid-free imaginé cet été, par exemple ?

David Clarinval répond que les virologues sont là pour conseiller les politiques. La "matrice" concoctée par l’événementiel l’été dernier pourrait donc, selon lui, être remise en place " parce qu’il va y avoir une série de questions qui vont se poser par rapport aux événements (foire agricole, concerts " philharmoniques ", événementiel…)." Le ministre de rappeler ensuite que c’est du moyen-long terme. Pour le court terme, pas beaucoup plus d’informations, suite à l’appel du Premier ministre quant à la discrétion de ses troupes ministérielles jusqu’au CODECO de ce mercredi. David Clarinval se dit donc soumis à un " devoir de réserve ".


A lire aussi : Alexander De Croo avant le Comité de Concertation : "J’en appelle à tous à ne pas trop s’exprimer ou créer des attentes"


 

"Sentinelles" et séances psychologiques

Par ailleurs, le ministre d’annoncer une action pour les Indépendants en souffrance psychologique. Avec le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke, il a été décidé d’offrir huit séances psychologiques gratuites pour indépendants en souffrance. Tous les indépendants y auront accès. Mais comme, selon le ministre, beaucoup son " très pudiques et ont des caractères forts, ils ne cherchent pas d’aide spontanément ". Des "sentinelles", personnes qui travaillent avec ces indépendants (comptable, banquier, secrétariat social… ) et qui détecteraient des problèmes, pourront prévenir une asbl qui dispose de psychologues indépendants. Le numéro de cette association est le 0800 325. " Il y a malheureusement beaucoup d’indépendants qui sont en souffrance et c’était important que l’on apporte cette réponse, avec mon collègue Frank Vandenbroucke " ajoute le ministre.


A lire aussi : Frank Vandenbroucke et la potion magique : histoire d’un pari fou


Quid pour aide psychologique des autres personnes que les indépendants ? Le ministre de la Santé travaille sur les autres volets pour accompagner ces secteurs en souffrance, souligne David Clarinval.


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK