Daniel Bacquelaine: "Un système de cliquet empêchera le point de diminuer"

Daniel Bacquelaine: "Un système de cliquet empêchera le point de diminuer"
Daniel Bacquelaine: "Un système de cliquet empêchera le point de diminuer" - © Pierre Kroll

Une fois de plus, A Votre Avis a rebondi sur un sujet d’actualité chaud : la grève organisée ce mercredi soir. Les trois syndicats se sont en effet réunis dans le cadre d'une manifestation nationale à Bruxelles contre la réforme des pensions voulue par le gouvernement Michel. Le système des pensions à points était particulièrement en ligne de mire.

Les syndicats avancent quelques chiffres: le montant moyen de la pension pour un salarié isolé est de 882 euros par mois pour les femmes et de 1.181 euros pour les hommes. Des montants, disent-ils, déjà parmi les plus bas d'Europe et que des mesures comme la moindre prise en compte des périodes d'inactivité viennent encore un peu plus pénaliser.

Et puis, il y a la réforme phare de gouvernement Michel de reporter l'âge légal de la pension à 67 ans, décidée en début de législature, en même temps que les restrictions aux plans de fin de carrières, qui reste toujours en travers de la gorge des syndicats.

La réforme a déjà bien avancé, notamment sur le recul de l’âge de départ à la pension. C’est un fait, l’espérance de vie recule, d’année en année. Si elle était de 70 ans il y a une dizaine d’années, elle est de 80 ans aujourd’hui.

Nous le disions, la réforme de la pension dite "à points" fait beaucoup parler d'elle. Un concept que le ministre des Pensions, Daniel Bacquelaine a voulu clarifier. Tout en défendant son système face à ceux qui l'accusent d'être susceptible de perdre en valeur avec le temps.

Les métiers pénibles ou des critères objectifs?

Fin de l’année dernière, Daniel Bacquelaine voulait que certains métiers de l’enseignement soient repris comme métiers pénibles, ce contre quoi la NVA s’est opposée. Depuis le projet avance lentement tant il semble difficile d’établir une liste concrète de métiers pénibles… Et non pénibles. Serait-il préférable d'établir des critères de pénibilité plutôt que de décider des métiers pénibles? Ces critères, Zakia Khattabi les trouve flous. Elle accuse même le ministre d'être dans la même situation.

Enfin, le débat s'est déplacé sur la condition des indépendants mais aussi des femmes face à cette réforme des pensions. 

Des invités de marque

Nous recevions aussi ce soir Pieter Timmermans, l'administrateur délégué de la Fédération des Entreprises de Belgique (FEB). Le  Secrétaire général de la FGTB, Robert Vertenueil, était également présent. 

Dans le public, nous retrouvions, Clarisse Ramakers, Directrice du service d’études UCM ; Leila Agic, Présidente des jeunes socialistes de Molenbeek-Saint-Jean ; le Secrétaire Général de la CSC, Eugène Ernst et Alexandre Navarre, membre jeunes MR.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK