Daniel Bacquelaine: à l'avenir chaque euro cotisé accordera le même droit à la pension

Le message de Daniel Bacquelaine: "Ceux qui se lèvent tôt, tous les matins, ont aujourd’hui une pension inférieure à ceux qui ont chômé durant 20 ans."
Le message de Daniel Bacquelaine: "Ceux qui se lèvent tôt, tous les matins, ont aujourd’hui une pension inférieure à ceux qui ont chômé durant 20 ans." - © Tous droits réservés

Le ministre des Pensions Daniel Bacquelaine met en œuvre la réforme des pensions décidée par le conseil des ministres en fin de semaine dernière. L’idée est que le système des pensions doit, de plus en plus, refléter les années de travail effectivement prestées. Les chômeurs et une partie des prépensionnés qui partiront à la retraite en 2019 verront leur régime changer. Ainsi, les années de chômage ne seront comptabilisées qu’au prorata du salaire minimum et non plus du dernier salaire perçu avant la perte d’un emploi. Les syndicats y voient une rupture pure et simple du contrat. Daniel Bacquelaine s’en défend au nom de l’égalité future entre les différents régimes de pensions. 

Concrètement, dans le cas d'une prépension volontaire ou de période de chômage après le 1er janvier 2019, le montant de la pension sera moins élevé que pour le travailleur ayant presté 45 ans de service. Et au-delà de cette période de 45 ans, les années supplémentaires donneront droit à une retraite plus élevée. "Dans le passé au-delà de 45 ans, le travailleur cotisait toujours, mais sans plus augmenter le montant de sa retraite. Désormais, il accroît sa retraite"

Réparer les injustices du passé

Le ministre des Pensions évoque à plusieurs reprises l’injustice du régime actuel qui permet à un travailleur qui a chômé durant 30 ans, de percevoir une pension supérieure à celle d’un indépendant qui a travaillé toute sa vie. "Aujourd’hui on veut que celui qui a travaillé longtemps jouisse d’une pension plus élevée. Les périodes de chômage seront calculées sur base d’un salaire théorique de 2000 euros par mois. Il faut donc relativiser les choses. Certains gagnent un salaire de 1600 euros par mois. On ne diminue pas globalement les pensions, au contraire: les pensions minimales sont augmentées. Dès le 1er septembre, un travailleur indépendant verra sa pension minimale augmenter de 150 euros par mois, et le salarié de 90 euros par mois. On fait en sorte de dépasser le seuil de pauvreté."

Une double peine pour le chômeur ?

A l’accusation selon laquelle le travailleur qui a perdu son emploi serait sanctionné une seconde fois par une diminution de sa pension, le ministre Bacquelaine répond que ce système ne concerne que certaines prépensions: "On retire de ce système les prépensions  involontaires, conventionnelles, pour métiers lourds, pour raisons économiques ou pour raisons médicales".

Mais la philosophie générale est bien d’augmenter la pension "de ceux qui travaillent effectivement. Ceux qui se lèvent tôt, tous les matins ont aujourd’hui une pension inférieure à ceux qui ont chômé durant 20 ans."

Pensions mixte (fonctionnaire/contractuel)

Dans la foulée, le gouvernement a adopté le projet sur la pension mixte). Un texte qui a été accepté " par deux des trois syndicats ", relève le ministre.

Aujourd’hui un contractuel qui devient fonctionnaire peu avant de prendre sa pension voit sa retraite complète calculée au régime fonctionnaire. "C’est intenable ", assure le ministre des Pensions qui rappelle que cette nouvelle mesure est une revendication des villes et communes. "2/3 des travailleurs de la fonction publique sont contractuels et ne deviendront peut-être jamais fonctionnaires. Or, ils travaillent dans le même bureau que des fonctionnaires qui bénéficieront d’un pension deux fois plus élevée ".

L’équilibre se fera, à l’avenir, par un pension complémentaire introduite dans la fonction publique fédérale. Le ministre engage les communes à faire de même: "Nous avons créé un incitant pour cela."

Que vaudra un point?

La valeur de chaque point variera en fonction de la réalité économique, "mais sans diminuer la valeur du point", promet Daniel Bacquelaine pour lequel il faut, au contraire, faire augmenter la valeur du point. "On ne peut pas priver les générations futures d’une pension correcte.". Car il ne fait aucun doute aux yeux du ministre que les jeunes auront plusieurs statuts. "On travaillera dans plusieurs régimes. Il faut un système qui permettra de simplifier le calcul de la pension."

L’idée est de faire travailler la population plus longtemps. "Car c’est indispensable. Le vieillissement de la population est une réalité et il faut un système soutenable sur la durée." Le but étant, à l’horizon 2060, de disposer d’un " système crédible " tout en conservant une performance sociale "pour que tout le monde ait une pension correcte."

 

Reportage du JT de 13h de ce lundi 24 juillet:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK