Dangerosité, conséquences, utilisation: tout savoir sur les armes nucléaires stockées en Belgique

5 questions sur les armes nucléaires en Belgique
4 images
5 questions sur les armes nucléaires en Belgique - © JACK GUEZ - AFP

Un document public de l’assemblée parlementaire de l'Otan confirme que la Belgique abrite des armes nucléaires américaines au sein même de la base militaire aérienne de Kleine-Brogel, dans le Limbourg. Si personne ne doutait de la présence de ces armes, le document de l’OTAN certifie noir sur blanc la présence d’ogives nucléaire B61 sur le territoire belge. Faut-il s’en inquiéter ? Y a-t-il un danger quelconque pour la population ? Qui peut les utiliser ? A quoi ressemblent-elles ?

Pourquoi sont-elles en Belgique ?

Dès les années cinquante, la Belgique et d’autres états alliés au sein de l’OTAN ont commencé à recevoir sur leur territoire des armes nucléaires dans le contexte de la guerre froide. Une bonne partie a été retirée après 1991. Un stock d’armes a été laissé dans un certain nombre d’états pour avoir une capacité de dissuasion par rapport à la résurgence d’états puissants, la Russie en premier lieu.

" On parle de défense européenne ici ", souligne Joseph Henrotin, rédacteur en chef du magazine "Défense & Sécurité internationale". " Les armes nucléaires restent une pierre angulaire pour l’OTAN. Il est logique que la Belgique en détienne sur son territoire en tant que membre de l’organisation transatlantique. Cela contribue à une forme de solidarité".

A quoi ressemblent ces armes nucléaires ?

" Les ogives nucléaires B61 sont des armes dites tactiques avec une puissance variable entre 10 et 340 kilotonnes ", explique Joseph Henrotin. A titre de comparaison, Little Boy, la bombe ayant frappé Hiroshima durant la seconde guerre mondiale avait une puissance de 15 kilotonnes.

D’un diamètre de 34 cm pour une longueur de 3,6 mètres, ces bombes peuvent peser jusqu’à 325 kilogrammes. " Le design extérieur n’a pas évolué sur les années , renchérit le spécialiste en question de défense. Seul le cœur nucléaire de l’ogive varie en fonction du modèle.

Les Etats-Unis ont investi 10 milliards de dollars dans le développement la production de nouvelles bombes, les B61-12. Ces dernières, guidées à l’aide d’une balise GPS, seraient plus précises et donc plus létales. Cette nouvelle version est toujours en phase d’essai par l’armée américaine. A terme, les ogives B61 seront remplacées par les B61-12. La Belgique devrait être intégrée dans ce projet de modernisation prévu jusqu’en 2046.

Où les ogives sont-elles stockées ?

Les forces américaines possèdent un peu moins de 6500 missiles nucléaires. Parmi ces bombes, un certain nombre sont stockées en Europe. " La Belgique fait partie de la moyenne basse en ce qui concerne le nombre d’ogives stockées", déclare Joseph Henrotin. "Nous n’avons pas de chiffre précis car c’est un secret-défense. Toutefois, on estime entre 10 et 20 têtes nucléaires stockées à la base de Kleine-Brogel."

Nos voisins des Pays-Bas ont admis posséder une trentaine de missiles.

Qui peut les utiliser ?

Seuls les appareils américains et européens, en cela compris les F16 du 10e Wing Tactique de Kleine-Brogel, peuvent transporter les ogives B61 selon le rapport de l’assemblée parlementaire de l'OTAN publié en avril 2019. Le rapport stipule que ces armes assignées aux forces européennes ne peuvent être utilisées qu'avec l’aval du président des Etats-Unis.

Dans les faits, c'est plus compliqué comme le rappelle Joseph Henrotin. "L’utilisation de ces armes nucléaires dépend du régime de double clé. Il faut l’aval du président des Etats-Unis mais aussi du gouvernement belge, dans notre cas. Sans cette double clé, il est impossible d’utiliser ces armes. Tout emploi d’arme nucléaire est stratégique par définition par les retombées que cela peut avoir."

Les F35 pourraient-ils changer la donne ?

En 2023, la Belgique devrait recevoir les premiers F35 du groupe Lockheed Martin. Pour l’heure, ces avions ne peuvent pas transporter des bombes B61 à l’inverse des F16. Cela sous-entend une restriction des capacités opérationnelles initiales. " Les F35 belges seront livrés au block 4 ", explique Joseph Henrotin. "Cette version devrait permettre aux F35 de transporter les ogives nucléaires et toute la gamme des armements conventionnels. On peut imaginer que dans les accords bilatéraux, les Etats-Unis pourraient demander à la Belgique d’utiliser ses avions pour le transport des B61-12."

Ces missiles représentent-ils un danger ?

Le groupe Écolo va soumettre à la Chambre une nouvelle proposition de loi interdisant l’utilisation et le stockage d’armes nucléaires en Belgique. " Nous pensons aujourd’hui que le débat est mûr et qu’il faut respecter les accords internationaux et tout faire pour garantir la sécurité nationale ", soutient Samuel Cogolati, député fédéral Ecolo.

Ces missiles représentent-ils un danger pour la sécurité nationale ? Pour Joseph Henrotin, les bombes nucléaires sont avant tout des armes de dissuasion. " Le climat était plus chaud durant la guerre froide ", raconte le politologue. " Ne pas posséder d’armes nucléaires ne vous donne aucune garantie d’immunité face aux menaces. La Suède a connu des débats sur une éventuelle adhésion à l’OTAN. La Russie s’est montrée directement menaçante en indiquant que si c’était le cas, elle pourrait être ciblée par des frappes nucléaires. Elle en a fait de même vis-à-vis du Danemark. Aucun des deux pays scandinaves n’avait d’ogive nucléaire sur son territoire. Selon moi, c’est un débat avant tout idéologique".

Journal télévisé 13H

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK