Damien Thiéry: les FDF d'Olivier Maingain ont "lâché la périphérie"

Damien Thiéry
Damien Thiéry - © RTBF

Puisque BHV est scindé, l'ex-FDF Damien Thiéry pense "qu'il faut aller de l'avant". "La seule personne qui défend la position de ‘Bruxelles 25 communes’, c’est Didier Reynders", déclare-t-il à la RTBF.

En quittant les FDF pour passer au MR, le bourgmestre non nommé de Linkebeek Damien Thiéry, a "simplement mis à exécution ce qu’il avait laissé sous-entendre depuis un bout de temps" explique-t-il au micro de Bertrand Henne : "Je pense que Monsieur Maingain a bien souvent deux visages. Le premier, c’est de dire à l’extérieur qu’il défend 150 000 francophones de la périphérie. Par contre, à l’intérieur du parti, il ose dire que, étant donné qu’il n’y aura pas de possibilité d’avoir un siège en Wallonie, et que, comme je ne me présenterai pas, il n’y a que 7000 voix à prendre en périphérie, il faut concentrer sa politique pour les prochaines élections sur Bruxelles. Si ça, ce n’est pas lâcher la périphérie, cela pose problème. Comme patron d’une commune de 5000 habitants, je dois pouvoir défendre les francophones de ma commune. A l’heure actuelle, la seule personne qui défend la position de ‘Bruxelles 25 communes’, c’est Didier Reynders. C’est clair que cela a joué dans ma décision".

"Il faut aller de l’avant"

La 6ème réforme de l’Etat a consacré la scission de BHV. Damien Thiéry faisait partie de ceux qui, au sein du FDF, ne voulaient pas de cette réforme. Aujourd’hui, il rejoint un parti, le MR, qui a l’a approuvée : "BHV est scindé, c’est un fait. Le gros souci que nous avions au FDF, c’est que nous pensions toujours qu’il y avait moyen de retourner en arrière. A l’inverse, je pense au contraire qu’il faut aller de l’avant avec cette 6ème réforme de l’Etat. A un certain moment, il faut se poser la question de savoir si on a envie de négocier, et quand on négocie on sait qu’on doit faire des concessions. Ou bien, comme l’a fait Monsieur Maingain, critiquer et n’avoir aucun mot à dire dans des négociations, et en définitive ne rien obtenir. Croire que ne pas vouloir discuter avec un parti quel qu’il soit va arranger les choses ; à l’inverse, je pense que cela fait les thèses des nationalistes".

Séparatisme

Certains mandataires MR verraient favorablement leur parti participer à une majorité où figurerait la N-VA. Même si "le programme socio-économique de la N-VA semble intéressant, il ne faut pas être naïf. Ce programme va d’office de pair avec le programme communautaire et le séparatisme. C’est cela qu'il faut à tout prix éviter. Les thèses de la N-VA telles qu’elles sont présentées maintenant sont inacceptables. Mais oser dire qu’on ne va jamais discuter avec un parti, c’est rejoindre un système antidémocratique" répond Damien Thiéry.

Damien Thiéry affirme qu’il n’a rien demandé au MR en contrepartie de son passage à ce parti. Toutefois, s’il devait choisir, il préférerait être candidat à la Chambre qu’au Brabant flamand.

A.L. avec B. Henne

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK