Damien Ernst : "Dans cinq ans, le prix de l'électricité augmentera de 20%"

Damien Ernst : "Dans cinq ans, le prix de l’électricité augmentera de 20%"
Damien Ernst : "Dans cinq ans, le prix de l’électricité augmentera de 20%" - © Tous droits réservés

Damien Ernst, professeur en électromécanique à l’ULg, tire un coup de gueule à propos de la situation politique en matière d’énergie qui, selon lui, n’est pas claire. Une gestion "irrationnelle" du dossier électrique, dit-il. Il dénonce aussi le prix de l’électricité qui risquerait de grimper d’ici cinq ans ainsi que la privatisation de l’énergie, qui selon lui, n’est rien de plus qu’une "vaste blague".

Une politique nucléaire "semi-assumée" et irrationnelle

Pour Damien Ernst, le dossier électrique est "mal géré depuis une dizaine d’années". "On a décidé la fermeture de Doel 1 et 2, puis on veut les prolonger… Il y a une impression de désordre qui dure depuis des années. Tout est irrationnel, même dans le gouvernement", regrette l’expert en électricité.

Pour lui, la politique actuelle du gouvernement en matière de nucléaire n’est pas totalement assumée. "Rien que la manière dont on décide de prolonger est irrationnelle. (…) Je n’arrive pas à comprendre pourquoi on ne prolonge que de dix ans, en supposant que Doel 1 et 2 soient sûrs. Les autres pays qui assument une politique nucléaire décident de prolonger de vingt ans pour rentabiliser l’investissement".

"La libéralisation du marché électrique est une vaste blague"

Selon Damien Ernst, il serait faux de parler de libéralisation du marché "puisque l’emprise du gouvernement n’a jamais été aussi forte". "Tout le monde dépend des subsides, des faveurs du gouvernement fédéral.", ajoute-t-il.

L’expert livre sa solution à cette mauvaise gestion : "ça fonctionnerait mieux si on avait une société intégrée pour gérer notre production d’électricité, comme c’était le cas dans le temps où Electrabel avait une sorte de monopole".

Electrabel ne risquera pas d’investir sans un cadre régulatoire

"Je vois mal Electrabel s’engager sur 700 millions d'euros d’investissement sans avoir un cadre régulatoire sûr", prévient Damien Ernst à propos de la remise à niveau de Doel 1 et 2. Il souligne qu’il leur faut une garantie de rentabilité. "[Electrabel] n’a pas envie d’avoir un avis les imposant de fermer ces centrales dans quatre ans alors qu’ils viennent de terminer leur investissement."

"Dans cinq ans, le prix de l’électricité augmentera de 20%"

Les prix de l’électricité augmentent déjà. Pour Damien Ernst, cela ne fait que commencer. Il livre sa prévision : "Dans cinq ans, ça coûtera plus de 20%. Le prix actuel de l’électricité est de 230 euros par MWh pour le consommateur domestique et dans cinq ans il s’élèvera à 300 euros par MWh."

Le vrai danger, c’est qu’à ce prix-là, les consommateurs sortiront partiellement ou totalement du réseau, avec des panneaux photovoltaïques et des batteries, remarque Damien Ernst. "Les réseaux ont des coûts fixes énormes et ces gens-là n’y participeront plus. Il pourrait y avoir une spirale infernale qui va conduire à une augmentation des prix de l’électricité".

"Il faut une autre personne à la tête du système énergétique belge"

Pour anticiper une telle situation, le professeur de l’ULg recommande d’adapter les réseaux électriques pour intégrer ces productions dispersées.

Il préconise aussi de mettre en place une autre personne à la tête du système énergétique belge : "Il faut un/une ingénieur(e), un bon architecte du réseau de demain. Il faut un ou une visionnaire de ce système. Force est de constater qu’on ne l’a pas à l’heure actuelle", conclut-il, visant clairement la ministre Marghem.

Yasmine Salami

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK