D. Ducarme - L. Onkelinx: majorité et opposition à couteaux tirés

D. Ducarme - L. Onkelinx: majorité et opposition à couteaux tirés
D. Ducarme - L. Onkelinx: majorité et opposition à couteaux tirés - © Tous droits réservés

Denis Ducarme (MR) et Laurette Onkelinx (PS) étaient invités sur les ondes de la Première ce mercredi. Deux entretiens, deux visions totalement opposées du contexte politique du moment. "Polémique et hypocrisie" pour l'un, demande de démission pour l'autre: la rentrée parlementaire tourne à un affrontement autour des actions de deux ministres N-VA.

Rentrée parlementaire gâchée? "C'était plus qu'un théâtre, c'était un cirque", estime le parlementaire MR. Et de préciser: "Si cela était nécessaire, Charles Michel, déjà hier matin avait clarifié la position du MR et de son gouvernement par rapport à la collaboration".

Cela n'était-il pas nécessaire? "Mais cela va de soi!", s'exclame Denis Ducarme, "mais je pense que cette polémique a été utilisée pour brouiller le message important qui devait être délivré par le Premier ministre sur ce qui intéresse les Belges", c'est-à-dire les mesures socio-économiques prévues par le nouveau gouvernement fédéral.

"C'est facile de chercher des poux aux autres"

Charles Michel a bien dit que cela ne devait plus se reproduire, mais après la séance parlementaire. Denis Ducarme insiste: "Il a répété qu'on ne pouvait pas admettre d’ambiguïté à ce propos". Et accuse: "Il faut se rappeler de l'hypocrisie du PS!". Le chef de groupe à la Chambre souhaite rappeler que Bob Maes, l'ancien collaborateur de la Seconde Guerre mondiale, à l'anniversaire duquel le secrétaire d'Etat N-VA Theo Francken était présent, "a été sénateur Volksunie, qu'il a siégé dans la même majorité que le PS, le PSC et le FDF sous deux gouvernements", ceux de Leo Tindemans et de Paul Vanden Boeynants. "Avec Gaston Onkelinx!", le père de la chef de file socialiste, s'exclame Denis Ducarme. "C'est facile de chercher des poux aux autres".

S'il n'a pas voté la confiance au gouvernement de l'époque, "le PS avait tout de même fait alliance avec la Volksunie, qui avait dans ses rangs des éléments comme ceux-là". Et d'ajouter: "Madame Onkelinx doit probablement revisiter l'histoire de son pays".

Denis Ducarme demande "un minimum de dignité" à l'opposition

Theo Francken doit-il cependant démissionner suite aux articles de presse de ce mercredi, exhumant d'anciens échanges mails "compromettants"? "J'estime qu'un certain nombre de représentants de la N-VA ont eu l'habitude d'être dans l'opposition. Maintenant, ils montent dans la majorité, et cela implique de la retenue, de la réserve, et cela implique de soutenir l'accord de gouvernement", répond Denis Ducarme. Qui insiste aussi: "Je demande à l'opposition un minimum de dignité et de ne plus prendre les institutions parlementaires en otage comme ils l'ont fait hier". "Rassemblons les Belges au lieu de les diviser".

La N-VA pose un "un tapis de bombes" sous le gouvernement Michel

Laurette Onkelinx ne partage pas la vision de Denis Ducarme... "Je pense que c'est la N-VA qui pose un grand problème, et qui constitue un tapis de bombes sous les pieds de Charles Michel".

La chef de groupe PS à la Chambre estime que ses interventions étaient plus que nécessaires. "Charles Michel, dans son intervention, allait demander la confiance pour son gouvernement. Mais il fallait savoir avant cela si tous les ministres sont aptes à prendre leurs responsabilités... Au niveau de leurs compétences, mais aussi des valeurs qu'ils peuvent charrier", insiste-t-elle.

"La collaboration est une ignominie!", s'exclame encore Laurette Onkelinx. "C'est criminel, Maes est un collaborateur notoire, un ancien du front de l'est, mais sachez qu'à la Volksunie il était parmi les opposants à Hugo Schiltz, à la réconciliation et au Pacte d'Egmont", ajoute-t-elle pour répondre à Denis Ducarme. 

"Que veut-on de plus?", demande Laurette Onkelinx

"Aujourd'hui, on apprend que Theo Francken était homophobe et animait des groupes d'extrême-droite... Que veut-on de plus?", s'exclame Laurette Onkelinx.

"Il est homophobe c'est certain, il a la volonté de faire éclater ce pays. Il fallait que Charles Michel prenne la parole, qu'il mette de l'ordre dans son gouvernement. Et qu'il aille plus loin: Johan Sauwens a du démissionner en 2001, car il a été à une réunion du Sint Martins Fonds... Il était ministre comme Theo Francken. Ce dernier doit donc démissionner".

W. Fayoumi

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK