D. Bacquelaine (MR) condamne le racisme, mais n'accuse pas De Wever

"Lutter contre le communautarisme en utilisant soi-même une rhétorique communautaire, c’est une erreur"
"Lutter contre le communautarisme en utilisant soi-même une rhétorique communautaire, c’est une erreur" - © Tous droits réservés

L'actualité politique de cette semaine est marquée par les déclarations du président de la N-VA à propos des Berbères anversois. Ce thème a échauffé les esprits à la Chambre, jeudi. Le ministre fédéral des Pensions se devait d'y revenir, sur les ondes de Matin première ce vendredi. Daniel Bacquelaine y a en outre évoqué un nouveau projet du gouvernement : la création du Comité national des pensions.

"Les libéraux ont été les premiers à s’exprimer". Daniel Bacquelaine rappelle que les présidents de l'Open Vld et du MR ont été les plus prompts à condamner le racisme après les propos controversés de Bart De Wever, dimanche. "Le libéralisme est aux antipodes du communautarisme et du racisme. Il n’y a évidemment pas de racisme relatif; racisme est totalement condamnable", ajoute-t-il.

Le ministre MR condamne-t-il donc clairement les affirmations de Bart De Wever? Et le chef du  gouvernement, Charles Michel, se devait-il d'être clair à ce propos jeudi à la Chambre? Daniel Bacquelaine ne va pas aussi loin. "Le gouvernement doit se concentrer sur la gestion, et doit condamner tout racisme, répond-il. Il ne faut pas réduire l’individu à une appartenance quelle qu’elle soit. Il faut lutter contre la communautarisme. Mais lutter contre le communautarisme en utilisant soi-même une rhétorique communautaire, c’est une erreur".

Autrement dit, pour Daniel Bacquelaine, Bart De Wever utilise un argumentaire communautaire pour dénoncer lui-même le communautarisme. Et il ajoute: "La question, c’est de savoir si le racisme peut être relatif. La réponse est non. Le racisme est une erreur fondamentale. C’est un délit condamnable, c’est ce qu’a rappelé le Premier ministre".

"Bien entendu, les quatre partis politiques n’ont pas le même programme, défend aussi Daniel Bacquelaine. Il faut trouver un équilibre dans les positions que l’on prend (...) La N-VA est un allié dans le cadre de la politique du gouvernement".

Le CNT, nouvel outil pour les pensions

Pour le reste, l'actualité du ministre des Pensions est chargée. Il présente en Conseil des ministres ce vendredi le nouveau Comité national des pensions (CNP). "C’est une étape très importante dans la réforme des pensions. Il faut réformer le régime. Et donc on pourrait augmenter cotisations sociales, mais ce n'est pas le but. Ou alors on pourrait diminuer les prestations, et ce n'est pas le but non plus. Ou alors on réforme le système. Et pour cela, il faut créer les outils nécessaires".

Le CNT, "c’est l’organe de la concertation sociale en termes de pensions", explique Daniel Bacquelaine. C'est dans ce cadre que vont être discutés la liste des métiers lourds, le système de pension à points, etc.

Écoutez ou réécoutez, ci-dessous, l'interview de Daniel Bacquelaine, réalisée par Bertrand Henne:

W. Fayoumi (@wafayoumi)

Et aussi