Cybercriminalité, des comportements à changer pour survivre dans la jungle informatique

Si vous vous reconnaissez dans le profil qui suit, c’est qu’il vaut mieux changer quelques mauvaises habitudes si vous ne souhaitez pas perdre trop de temps à tenter de récupérer vos données personnelles ou à vous justifier pour des actions jamais entreprises, d’autres s’en étant chargés en votre nom.

Se méfier des formulaires destinés à vous soutirer vos données personnelles

La première erreur classique est de compléter scrupuleusement les formulaires qu’on vous présente à toutes occasions sans vous poser de questions. Cette personne ou cette entreprise a-t-elle besoin des informations demandées pour finaliser la démarche qui vous occupe ?

Pourquoi en échange d’une carte de fidélité à l’utilité très relative, se laisser soutirer une kyrielle d’informations destinées à vous profiler dans le serveur d’une chaîne de restaurants ou de parfumeries ? Car le risque est de voir ces coordonnées immanquablement ajoutées dans une banque de données dont vous ne connaîtrez ni l’usage final ni son niveau de sécurité.

Pour vous aider à vous convaincre de changer de comportement, considérez que ces données sont aussi précieuses que les billets de banque dans votre portefeuille. Vous viendriez-vous à l’idée de les distribuer sans une sérieuse contrepartie ? C’est pourtant ce que nous sommes nombreux à faire sans nous en rendre compte.

Cette première règle de base réduira considérablement les risques de déconvenues. Car moins votre nom figurera dans des fichiers moins vous serez bombardés de publicités et moins vos habitudes de navigation sur internet seront espionnées. Sans oublier les vols de fichiers qui pourraient permettre à des personnes malintentionnées de vous retrouver.

Démasquer les usurpateurs et protéger ses vrais amis

Beaucoup d’entre nous ont un côté "bon samaritain" et les tentations sont nombreuses d’avoir envie d’aider son prochain. Ce que n’ignorent pas les pirates sur internet qui savent comment faire appel aux bons sentiments pour vous inviter à partager avec vos amis tel message ou à ouvrir tel fichier envoyé dans un message adressé par mail. Ici encore, fonctionner de manière prudente consiste à ne pas répondre ou transmettre du contenu dont on n’est pas certain de la provenance.

Si un courriel semble douteux, inhabituel dans sa forme ou son contenu, la règle de base est de ne pas cliquer sur les pièces jointes ou sur les liens qu’il contient. Et dans le cas d’un site avec un logo et une marque connue, se connecter à celui-ci exclusivement en saisissant l’adresse officielle dans la barre d’adresses de son navigateur.

De même si vous réglez un achat en ligne et que vous devez fournir des informations relatives à votre carte bancaire, il peut être utile de vérifier que vous êtes sur un site web sécurisé dont l’adresse commence par "https". Enfin évitez en toutes circonstances de communiquer des informations confidentielles par mail, aucun site web fiable ne le demande.

Une liste de conseils en matière de bonnes pratiques

Des sites spécialisés dispensent des cours de vulgarisation et des organismes publics peuvent vous aider à vous sortir de situations problématiques, soit en vous aiguillant vers les bonnes personnes ou en vous donnant les conseils pour vous sortir d’embarras.

Le Centre Cybersécurité Belgique est là pour vous prodiguer les meilleurs conseils. En cas de contenus malveillants ou de tentative de chantage, il faut systématiquement déposer plainte auprès des services de police qui disposent d’unités spécialisées pour faire face à ce type de criminalité.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK