Cumuler deux emplois, une réalité pour près 200 000 belges

Un belge sur 20 cumule deux emplois
Un belge sur 20 cumule deux emplois - © JONAS ROOSENS - BELGA

Un Belge sur 20 à un job en plus de son travail principal, d'après les chiffres de l'administration de l'Economie et d'Eurostat. Cela représente une augmentation de 13% par rapport à 2008, début de la crise financière.

Quentin est menuisier à temps plein dans la région de Liège. Mais depuis quelques mois le jeune homme est aussi représentant pour une entreprise de téléphonie. Deux jobs pour près de 50 heures de travail par semaine. Pour Quentin, c'est une nécessité : "Je travaille ici à titre complémentaire pour mettre de l'argent de côté et arrondir mes fins de mois. Car mon travail actuel ne me permet pas d'avoir un revenu assez élevé". 

Autre cas de figure, celui de Virginie, indépendante dans une société de construction qu'elle gère avec son mari. "Je me suis retrouvée, il y a un an, avec 60 000 euros de dette. Pourquoi ? Parce que les clients justement n'arrivaient plus à payer leurs factures. Donc je me suis dit 'Mais qu'est-ce que je vais faire ?'. Donc c'est grâce à ces 30-40 % de revenus supplémentaires, grâce à mon activité, que j'ai pu un petit peu remonter la pente. Donc j'ai vraiment à jongler entre mes deux boulots pour avoir un avenir meilleur". 

Comme Quentin et Virginie, près de 200 000 belges cumulent deux jobs. Mais derrière ce chiffre se cachent plusieurs types de profils : ceux qui n'ont pas le choix et combinent les boulots pour boucler les fins de mois. Mais aussi des personnes qui travaillent dans d'autres secteurs, par passion ou pour occuper leur temps libre. Le travail au noir, lui, n'est pas comptabilisé dans les statistiques fournies par le SPF Finances, ce qui pourrait laisser penser que le phénomène est plus étendu encore. 

Eric Destiné et Sarah Devaux

 
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK