Culture en Belgique: "Pour la rentrée, on vise la capacité d’accueil complète" annonce Bénédicte Linard

C’est la fête de la musique mais la culture est-elle réellement à la fête ? La réouverture des théâtres et des concerts se fait-elle dans les mêmes conditions que celle des grands événements ?

Certains lobbyings auraient-ils été plus efficaces que d’autres ? Thomas Gadisseux fait le point ce vendredi matin avec la ministre de la Culture Benedicte Linard.

La culture ne se résume pas à Tomorrowland

Réjouie et enthousiaste du retour de la Culture, la ministre reconnaît les conditions moins faciles qu’en temps normal. Car avec des protocoles et des capacités d’accueil toujours bloquées à 200 personnes, certains acteurs culturels ont préféré s’abstenir. Une situation qui pourrait changer avec le Comité de concertation de ce vendredi puisqu’il devrait entériner la décision selon laquelle cela pourrait passer à 2000 personnes en intérieur et 2500 en extérieur dès juillet et bien au-delà en août, explique la ministre Linard.

Des capacités d’accueil qui, quoi qu’il advienne ne permettront pas au méga-festival Tomorrowland d’avoir lieu, les bourgmestres de Boom et Runst en ayant décidé autrement. " La culture ne se résume pas à Tomorrowland. On a plein d’autres festivals, d’autres actions culturelles. C’est un coup dur pour les organisateurs probablement".

On peut clairement retourner vers la culture de manière sûre

Des protocoles (SIRM) considérés encore trop stricts pour la Culture par rapport à d’autres secteurs comme l’événementiel. La culture s’est-elle fait avoir ? La ministre de la Culture ne le pense pas : " Pour la rentrée, on vise la capacité d’accueil complète. Et du côté de la Belgique francophone on a construit les modèles avec toutes les 58 fédérations culturelles, et aujourd"hui cela porte ses fruits".

On prend au fur et à mesure certains enseignements

Alors que les festivals reprennent, les théâtres, eux attendent et sont contraints de voir leurs artistes se produire à l’étranger, notamment à Avignon. "On aurait pu reprendre plus tôt mais si les Belges peuvent jouer à l’étranger c’est parce qu’on a très fort soutenu la création, on a eu des aides complémentaires […] Il y aura toujours un regret quand on ne permet pas à la culture de prendre son envol, aujourd’hui clairement la reprise est là et on construit la suite avec le secteur."

Pour appuyer cette reprise, deux évènements test, sans distanciation doivent encore avoir lieu. Une avant-première au cinéma et un concert de hip-hop, deux événements dont les résultats devraient être connus début juillet comme le confirme Bénédicte Linard. "On prend au fur et à mesure certains enseignements, a priori le 7 juillet on aura le rapport final et des conclusions qui permettront alors d’avoir du contenu scientifique qui assied l’idée que l’on peut clairement retourner vers la culture de manière sûre". Des évènements accessibles via le site Goforculture pour les personnes intéressées.

Vers la 4e vague ?

Et si le spectre de la 4e vague semble se matérialiser, celle-ci ne devrait plus entraîner l’arrêt de la culture, et cela grâce aux protocoles plus robustes, plus adaptés qui devront être mis en place. " Ce n’est pas du tout cela du point de vue du contexte. Le contexte c’est que quoi qu’il arrive, on veut pouvoir prouver comment se propage un virus. On a testé plein de modalités différentes. Le dernier évènement sera un concert dans une fosse, sans distanciation".

Détresse sociale et aides au secteur

L’ivresse du retour, mêlée à la détresse sociale risquent d’impacter cette réouverture de la culture tant cette pandémie a impacté les acteurs. Certains artistes se sont réorientés las d’attendre un statut d’artiste qui leur aurait permis de vivre voire même juste de survivre pour certains. Une question toujours en travaux d’après la ministre Linard qui renvoie la patate chaude à sa collègue Ecolo Marie-Colline Leroy et qui souligne l’aspect participatif de cette réflexion, notamment via la plateforme Workinginthearts.

Les aides prévues peuvent couvrir l’année 2021, mais aussi 2022

Quid des aides, seront-elles prolongées ? "Oui", répond Benedicte Linard. "On l’a déjà fait. Tout ce qui est fonds de garantie est prolongé jusqu’à la fin de l’année. Et les aides prévues peuvent couvrir l’année 2021, mais aussi 2022. 84 millions d’aides ponctuelles sont mises sur la table par la FWB depuis le début de la crise pour l’urgence, et 16 millions supplémentaires ont été ajoutés".

Malgré cela, beaucoup considèrent que la saison 2021-2022 a déjà été sacrifiée, et ce malgré l’initiative ProPulse, le grand marché des arts de la scène. Une vision que ne partage pas la ministre. "Il faut se rappeler qu’en temps normal la saison culturelle s’arrête en juin et reprend en septembre. Plein de création sont là et la saison 2021-2022 sera riche de créations ProPulse est une vitrine pour nos créations afin d’asseoir la rentrée mais aussi au-delà. ProPulse a été pensé pour se projeter dans le futur."

Et la ministre de terminer en évoquant le plaisir suscité par l’un des derniers spectacles auquel elle a assisté, en l’occurrence un spectacle d’humour.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK