CRS Genk: la direction veut supprimer 35 emplois

La direction de Control Rework Services (CRS), actif dans le secteur automobile, a fait part mercredi, lors d'un conseil d'entreprise extraordinaire, de son intention de procéder au licenciement collectif de 35 ouvriers au sein de son siège à Genk.

Le groupe emploie au total 103 personnes. Au cours des derniers mois, CRS a vu sa charge de travail diminuer.

Le personnel de CRS a été informé de l'intention de la direction au cours d'une réunion du personnel. L'annonce du projet de licenciement collectif sera précédée de la phase d'information et de consultation, prévue par la loi.

Les syndicats veulent limiter au maximum le nombre de licenciements secs et demandent à la direction de prendre en considération le chômage économique et la prépension.

Si l'économie repart à la hausse, CRS pourra faire appel de la main-d'oeuvre qualifiée, indique Jos Buschgens de la CSC.

CRS procède à des contrôles de qualité pour des produits du secteur automobile et pour les entreprises sous-traitantes. L'entreprise travaille notamment pour Ford Genk, ses sous-traitants, le Néerlandais NedCar, Opel, Volvo, Audi et pour le fabriquant de trains d'engrenage Hanssen Transmissions à Lommel.

La société a présenté de bons résultats mais en raison du marasme économique ressenti dans le secteur automobile, de plus en plus de ses clients procèdent eux-mêmes aux contrôles de qualité.

(Belga)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK