Crise politique francophone: quelles possibilités pour remplacer le PS?

Crise politique francophone: quelles possibilités pour remplacer le PS?
Crise politique francophone: quelles possibilités pour remplacer le PS? - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Le cdH appelle le MR, Ecolo et DéFI à constituer des majorités alternatives en Wallonie, à Bruxelles et en Fédération Wallonie-Bruxelles, a indiqué lundi midi le président Benoît Lutgen, à l'issue du bureau de parti. "La rupture (avec le PS) est nécessaire, et elle doit être immédiate", a-t-il commenté.

Le parti est dans la majorité avec le PS depuis 2004 en Wallonie et à Bruxelles.

L'annonce-surprise ouvre théoriquement une période de négociations entre les partis francophones. Reste à savoir qui prendra la main.

En Wallonie et en Fédération, le cdH était en coalition avec le seul PS. A Bruxelles, il l'est en plus avec DéFI et, côté flamand, l'Open Vld, le sp.a et le CD&V.

En Wallonie, la majorité est à 38 sièges, ce qui signifie - si le PS (30 sièges) devait en être exclu - qu'il faut au moins réunir MR et cdH (38 sièges tout juste), voire un troisième parti pour avoir une majorité plus confortable (Ecolo est à 4 sièges, le PTB à 2).

 

Répartition des sièges à la Région wallonne

En Fédération, la majorité est à 48 sièges. MR et cdH seuls sont donc insuffisants (30 + 16). Ecolo a 6 sièges et DéFI 2, tout comme le PTB.

Répartition des sièges en FWB

A Bruxelles, remplacer les socialistes par les réformateurs pourrait maintenir le reste de la coalition: le PS ayant 22 sièges, les 17 sièges du MR seraient suffisants. Une majorité PS, MR avec les seuls partis flamands de la coalition est aussi envisageable mathématiquement.

Si le PS reste au gouvernement wallon et en Fédération sans le cdH, il devra nécessairement s'allier au MR.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir