Crise politique francophone: quel casting en Wallonie?

Un gouvernement MR-cdH devrait voir le jour dès la semaine prochaine en région wallonne. A quel casting peut-on s'attendre? Qui sont les ministrables? Benoît Lutgen et Olivier Chastel se retrouveront-ils demain tous deux ministres du futur gouvernement wallon? Les pronostics vont bon train.

Qui sera le futur ministre-président wallon?

Pour le futur ministre-président, il revient en principe au groupe majoritaire: le MR. Olivier Chastel pourrait ainsi devenir le premier wallon. Mais dans ce cas, qui le remplacerait à la présidence du parti?

Autre possibilité: Willy Borsus, actuel ministre fédéral et ancien parlementaire wallon.

Des ministres MR en dehors du fédéral

"Ce serait un bon ministrable au niveau régional wallon. Le problème c'est qu'il est actuellement ministre au fédéral et Charles Michel ne souhaite plus qu'on touche au gouvernement, en tout cas aux ministres MR", analyse Régis Dandoy, politologue à l'UCL. "Il y a déjà eu deux démissions sur ces trois dernières années au niveau du gouvernement fédéral donc ça commencerait à faire beaucoup. Il faut probablement chercher des ministres MR en dehors du fédéral"

Parmi ces futurs ministrables: Pierre-Yves Jeholet, actuellement chef de groupe au parlement de Wallonie. Et le député bourgmestre Jean-Luc Crucke. On parle aussi beaucoup de Valérie De Bue, députée wallonne. Voire de Georges-Louis Bouchez, dont le nom est régulièrement cité. 

Deux scénarios pour le cdH

Côté cdH, ce n'est pas si facile non plus. L'actuelle ministre de la culture à la fédération Alda Greoli pourrait faire son entrée avec Benoît Lutgen, qui lâcherait la présidence.

Régis Dandoy analyse: "Il y a deux scénarios: soit on ne change rien et on garde les mêmes ministres et les mêmes portefeuilles. Ou alors on décide de faire table rase du gouvernement actuel avec les socialistes et on change totalement les personnes au pouvoir. On renégocie avec le MR les portefeuilles, les ministres-présidents etc. Et à ce moment on arrive à un puzzle assez complexe."

Si Benoît Lutgen quittait la présidence du cdH, il pourrait être remplacé par Maxime Prévot, qui a répété son attachement à la ville de Namur. Mais à ce stade, ce ne sont évidemment que des pronostics.

"Je pense qu'on est pas à l'abri de certaines surprises", avance Régis Dandoy. "D'abord, il s'agit de terminer l'accord de gouvernement et puis le casting. Mais on peut assister à un remaniement important à la fois au MR et au cdH"

Rapport de force, de genre, d'équilibre géographique, un casting s'apparente souvent à un casse-tête.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir