Crise politique francophone: les négociations entre MR et cdH se poursuivront tout le week-end

Les discussions approfondies commencent ce matin entre le cdH et le MR pour remplacer les coalitions en place en Wallonie et à Bruxelles.
Les discussions approfondies commencent ce matin entre le cdH et le MR pour remplacer les coalitions en place en Wallonie et à Bruxelles. - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Le cdH et le MR se sont retrouvés ce vendredi pour entamer les négociations à deux dans de nouvelles majorités en Wallonie, à Bruxelles et en Fédération Wallonie-Bruxelles, suite au refus du cdH de continuer à gouverner avec les socialistes.

Olivier Maingain, président de DéFI, a rencontré le Parti socialiste. Sur les ondes de La Première, il a appelé à conserver l'actuelle majorité bruxelloise, et a proposé un "rassemblement de francophones" à la FWB, la Fédération Wallonie-Bruxelles. Une proposition qui devra être "analysée", a répondu ce matin Olivier Chastel, "en tout cas il y a une ouverture" a-t-il précisé à l'entrée des négociations avec le cdH. Des négociations qui se poursuivront tout le week-end, les deux partis étant bien décidé à trouver une solution à deux.

Sans DéFI... pourtant incontournable à Bruxelles

cdH et MR se retrouvent à deux donc, sans Écolo, pour qui les avancées en matière de bonne gouvernance ne sont pas suffisantes. Les Verts ont quitté la table des négociations jeudi soir. À deux, sans DéFI aussi. DéFI qui est pourtant incontournable pour former une nouvelle majorité, car cdH et MR seuls, ça fonctionne en Région wallonne, mais seulement en Région wallonne. À Bruxelles et en Fédération Wallonie-Bruxelles, cdH et MR n’ont pas de majorité à eux seul.

Mais pour le président cdH Benoît Lutgen, avancer est possible. "On peut traduire une nouvelle fois les propos. C’est une conviction très forte que nous partageons de travailler d’abord sur le projet pour les personnes, pour les francophones, pour les familles, pour les entreprises, pour relever le défi climatique, avec des enjeux qui sont des enjeux à court terme, mais aussi à moyen terme et à long terme".

Comme il l’a déjà dit, "la porte est grande ouverte et l’invitation est permanente" à tous ceux qui veulent le rejoindre dans cette dynamique. "Il y a des idées intéressantes qui peuvent venir enrichir notre discussion et notre dialogue entre le MR et le CDH... Est-ce que vous croyez une seule seconde que même si l’arithmétique le permettait partout, on n’aurait pas cette même volonté d’ouverture? On a cette volonté d’ouverture, on l’a fait depuis le départ .

L'homme clé

Les discussions approfondies ont commencé entre le cdH et le MR pour remplacer les coalitions en place en Wallonie et à Bruxelles.

C’est une nouvelle étape importante, mais il y a un hic. En Wallonie, le MR et le cdH ont une majorité, mais à Bruxelles et en Fédération Wallonie-Bruxelles, ils ne disposent pas de majorité. Écolo voulait discuter bonne gouvernance et uniquement bonne gouvernance, mais les Verts n’iront pas plus loin.

Reste DeFI. Avec le parti d’Olivier Maingain, MR et cdH disposeraient de majorités partout. Olivier Maingain est donc devenu l’homme clé du contexte et pourrait devenir décisif dans un sens ou dans l’autre. Jusqu’à présent, il ne s’est jamais montré chaud pour monter dans cette coalition plaçant le MR et le cdH sur le même pied que le PS en matière de gouvernance, mais pour DéFI, décrocher un poste de ministre à la Fédération Wallonie-Bruxelles peut être tentant. Le suspense demeure.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir