Crise politique: en cas de vacances ratées, les députés ont droit à une assurance annulation

Les négociations sont toujours en cours pour former de nouvelles majorités régionales, et il est évidemment impossible de prévoir un calendrier pour l'installation des nouveaux gouvernements en Wallonie et à Bruxelles. Mais si cela devait intervenir après le 21 juillet, en pleine période de congés parlementaires, tout est prévu.

"Si une nouvelle majorité se forme, cela suppose le dépôt d’une motion de méfiance, et la convocation du parlement pour en débattre, explique Frédéric Janssens, greffier du parlement wallon. Nous avons donc contracté depuis de nombreuses années une assurance particulière pour les députés mais aussi pour les agents du parlement. Ils ont la possibilité soit d’annuler leur départ en vacances, soit d’être rapatriés pour répondre à leur convocation."

Une assurance qui existe également dans les autres assemblées du pays. "Il peut y avoir des incidents politiques de diverses natures, poursuit Frédéric Janssens. Le parlement, c’est le cœur de la démocratie. Il est normal qu’il fonctionne en permanence et puisse se réunir en urgence."

"Le travail doit être fait. Tout le monde a droit à des vacances, mais il faut que ce qu’on appelle la machine publique fonctionne, ajoute le député wallon Jean-Luc Crucke (MR). Si des textes doivent être votés ou si des gouvernements doivent être mis en place, le rôle des parlementaires, c’est de revenir au pays. Alors heureusement qu’il y a ce type d’assurance."

Cas rare, pas inédit

Si le cas se présente, ce serait exceptionnel, mais pas unique. Le parlement wallon a déjà activé cette assurance pour quelques parlementaires lors de sa dernière installation chahutée et retardée en 2014.

Et puis en 1993, au décès du roi Baudouin, son frère Albert avait prêté serment quelques jours plus tard devant les chambres exceptionnellement réunies, au cœur de l'été.

@RudyHermans

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK