Crise gouvernementale: la N-VA menace le Premier ministre: "S'il part à Marrakech..."

Chute du gouvernement: la N-VA menace le Premier ministre
Chute du gouvernement: la N-VA menace le Premier ministre - © Tous droits réservés

La N-VA a organisé une conférence de presse ce samedi soir dans la foulée d'un conseil des ministres du gouvernement fédéral. Bart De Wever, sans assumer une démission de ses ministres, avertit Charles Michel: "S'il part demain à Marrakech, c'est à la tête de la coalition suédoise. Mais dès qu'il atterrira, ce sera comme Premier ministre de la 'coalition Marrakech'", Bart De Wever utilisant cette expression pour désigner un gouvernement dont la N-VA ne ferait pas partie.

La N-VA se sentira "congédiée"

La N-VA se sentira alors "congédiée du gouvernement", a-t-il ajouté, refusant toutefois de parler d'une démission des ministres nationalistes. Mais il n'y aurait plus alors de consensus sur aucun des dossiers du gouvernement, y compris les dossiers socio-économiques, a-t-il précisé.


►►► À lire aussi Toutes les réactions après l'annonce de la N-VA


"La porte est désormais fermée. On ne veut plus continuer avec nous. On nous met à l'écart", a martelé le président de la N-VA. Bart De Wever se refuse pour autant d'endosser la responsabilité de quitter le gouvernement.

Ce conseil des ministres extraordinaire était considéré comme celui de la dernière chance pour les partenaires de la majorité d'enfin s'accorder sur la position belge dans ce dossier qui menace de faire tomber le gouvernement. Jeudi, la Chambre était venue au secours du Premier ministre et du Pacte des migrations et une large majorité s'était dégagée en faveur du soutien au Pacte des migrations. Seule la N-VA et le Vlaams Belang avaient voté contre.

Mais cette majorité alternative n'a pas suffi pour calmer les choses. À cette majorité parlementaire, Bart De Wever a opposé la majorité du peuple, opposée selon lui au pacte migratoire.

En coulisses, ce samedi soir, les vice-premiers ministres des autres formations politiques ont confirmé que le Premier ministre se rendra bien à Marrakech, estimant que c'est à la N-VA d'assumer sa position et de démissionner. Charles Michel lui-même a déclaré à l'issue de ce conseil des ministres qu'il se rendrait bien à la conférence des Nations Unies au Maroc sur le Pacte migratoire.

Suite à cette sortie de la N-VA, on attend maintenant une déclaration du Premier ministre. Il doit prendre la parole d'une minute à l'autre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK