Rajoy traité de "franquiste autoritaire": le Parti populaire espagnol réclame des excuses à Elio Di Rupo

Mariano Rajoy, Premier ministre (à gauche), Javier Arenas, secrétaire adjoint du parti populaire (au milieu) et Esteban Gonzalez Pons, porte-parole du Parti populaire (à droite).
Mariano Rajoy, Premier ministre (à gauche), Javier Arenas, secrétaire adjoint du parti populaire (au milieu) et Esteban Gonzalez Pons, porte-parole du Parti populaire (à droite). - © JAVIER SORIANO - AFP

Esteban González Pons, porte-parole du Parti populaire (PP) espagnol et qui avait déjà qualifié d'irresponsables les propos du vice-Premier ministre N-VA Jan Jambon sur la crise catalane, a répliqué également à ceux du président du Parti socialiste Elio Di Rupo, qui avait notamment qualifié l'attitude du Premier ministre espagnol Mariano Rajoy de "franquiste autoritaire".

"Les actions du président (du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy) et du gouvernement vis-à-vis du combat indépendantiste catalan sont conformes à la législation espagnole et ont été soutenues par le PSOE, parti frère du Parti socialiste belge dans lequel milite M. Di Rupo", a réagi Esteban González Pons, qui est aussi vice-président du groupe PPE au parlement européen.

Pour Esteban González Pons, "les seuls qui se sont comportés de manière autoritaire et ont violé les lois ont été, malheureusement, les membres du gouvernement catalan destitué". Il ajoute que "ceux qui décident de la légalité d'une situation sont les juges, et non le gouvernement".

Le PP espagnol réclame des excuses d'Elio Di Rupo. "J'espère qu'il sait parfaitement que le régime franquiste appartient au passé et que l'Espagne est une démocratie où prévalent la loi, l’État de droit, la séparation des pouvoirs et le respect des droits du peuple."

Sujets du JT 13h sur les tensions politiques entre l'Espagne et la Belgique:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK