Crise de l'accueil: Theo Francken retire les experts belges de Grèce

Crise de l'accueil: Théo Francken retire les experts belges de Grèce
Crise de l'accueil: Théo Francken retire les experts belges de Grèce - © ERIC LALMAND - BELGA

Le secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration Theo Francken (N-VA) a retiré les experts belges présents sur les îles grecques en raison de la dégradation de la situation sécuritaire. Il demande une intervention d'urgence des autorités grecques, rapportent mercredi Het Nieuwsblad et De Standaard.

A Lesbos, des candidats-réfugiés ont bouté le feu aux bureaux des services européens de l'asile en raison de la lenteur des procédures. De plus, le personnel, en ce compris les renforts belges, est quotidiennement menacé.

Le secrétaire d'Etat a dès lors décidé de rapatrier les dizaines d'experts belges présents sur place.

Theo Francken a demandé que des modifications interviennent afin d'assurer de meilleures conditions de travail sur place. Il a aussi exigé que les procédures d'asile, ainsi que les expulsions vers la Turquie, soient accélérées. Tant que ces conditions ne seront pas remplies, les collaborateurs belges ne retourneront pas sur place.

A plusieurs reprises, des courriers ont été envoyés aux autorités grecques à ce sujet, par diverses instances, pour les avertir du problème, a expliqué le secrétaire d'Etat en commission de la Chambre, en réponse à des questions de Caroline Cassart (MR) et Emir Kir (PS).

"Je ne comprends pas pourquoi la sécurité n'est pas optimalisée", a souligné M. Francken.

Le secrétaire d'Etat belge s'ouvrira jeudi soir du problème à son collègue grec lors d'un conseil informel européen. Depuis l'installation des hot-spots en Grèce, la Belgique a collaboré intensivement avec les autorités helléniques et envoyé de nombreux agents sur place.

Dès lors que la sécurité des agents de l'immigration sera à nouveau assurée, la Belgique renverra "immédiatement" ses collaborateurs, a assuré M. Francken.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK