Creative Wallonia: qui sème la créativité récolte l'innovation

Creative Wallonia: Flying-Cam, un exemple à suivre
2 images
Creative Wallonia: Flying-Cam, un exemple à suivre - © Flying-Cam

Creative Wallonia veut faire de la Wallonie un territoire créatif qui stimule son économie. Lancé il y a 3 ans, ce programme n'est encore qu'en phase de développement. Il est appelé à durer jusqu'à l'horizon 2025. D'ores et déjà des résultats concrets sont là. Une vingtaine de projets sont sur les rails, un observatoire des tendances voit le jour. Un premier bilan.

Le ministre wallon de l'Economie Jean-Claude Marcourt a voulu ce programme pour "faire de l'innovation technologique ou non, de la créativité, un véritable moteur du développement économique et humain" de la Wallonie.

Les trois objectifs de Creative Wallonia étaient de stimuler l'industrie créative, de créer des réseaux d'innovation et de valoriser la créativité.

Pour le ministre, les résultats sont déjà concrets et positifs.

"Plus de vingt actions visant à inscrire l'économie créative au cœur de la transformation économique de la Wallonie sont d’ores et déjà mises en œuvre", explique-t-il .

Formation hybrides

Pour faire de la Wallonie un territoire créatif, il faut évidemment investir dans la formation des jeunes en infiltrant l'enseignement et en offrant des formations hybrides, transdisciplinaires, c'est par exemple le principe des IDCampus.

Il faut aussi soutenir les productions créatives, comme dans la Semaine de la créativité, ou dans ces  huit centres de Coworking répartis dans toute la Wallonie (Liège, Namur, Charleroi, Louvain-la-Neuve, Mons, Tournai, Seraing, La Louvière). Des centaines d'entrepreneurs et de travailleurs y sont encadrés et y trouvent l'équipement nécessaire.

La mobilité du travail poursuit les mêmes objectifs à travers les Smart work centers, autorisant la décentralisation du travail.

L'accélérateur de start up Nest'Up donne lui les outils nécessaires à des jeunes qui portent un projet innovant et veulent le réaliser en équipe. Le projet qui s'étale sur 12 semaines est actuellement en cours. Vous pouvez suivre son évolution sur notre page spéciale.

Enfin, un observatoire des tendances va démarrer cette année pour rassembler toute information utile pour les entrepreneurs wallons soucieux de prendre des voies innovantes: on fera ainsi remonter en permanence toutes les idées nouvelles qui fusent de par le monde.

Un labo

Le programme est doté d'un budget "modeste", autour de 8 millions d'euros par an depuis 2011, budget appeler à évoluer et à continuer à long terme, le plan s'étale jusqu'en 2025.

Creative Wallonia est une sorte de laboratoire unique en Europe dans la mesure où il s'agit d'un dispositif intégré. Les projets financés, plus d'une vingtaine, s'adressent aux grand public, aux entreprises, à l'enseignement et à tout ce que la Wallonie compte de créatifs.

Cela concerne des profils variés: entrepreneurs de tous secteurs, dont les industries créatives, stylistes, designers, concepteurs web, architectes, mais ausi étudiants, chercheurs, enseignants…

Chaque projet peut compter sur un financement public allant de 40 à 100 000 euros, des sommes limitées, à l'échelle des structures concernées, petites mais inventives. Pour stimuler l'économie créative par un effet levier, ces initiatives pilotes dans leur domaine doivent servir d'exemple à suivre pour d'autres.

La créativité, c'est le territoire

Après deux ans, "on n'est pas encore arrivé au but, nous sommes en pleine phase de développement", dit le ministre de l'Economie, mais les premiers résultats sont là: la Wallonie a été sélectionnée au sein de 40 régions comme "district créatif" aux côtés de la Toscane.

Creative Wallonia a aussi certainement aidé la Belgique à être élue à la Hong Kong Design Week en décembre prochain.

"Plus un territoire est créatif, plus il y aura de chances que les entreprises sur ce territoire soient elles-mêmes innovantes", précise Henri Monceau du cabinet du ministre Marcourt. "L'économie créative est fortement liée à une dynamique d'animation territoriale, prenez l'exemple de Montréal, qui fait figure de référence absolue en la matière. Des lieux comme le Cirque du Soleil, Ubisoft ont joué un rôle fondamental".

"Si la Wallonie est attractive aujourd’hui, ce n’est plus grâce à la disponibilité de ses terrains ou de ses subsides, mais grâce à son expertise et sa créativité. Nous faisons des choses en Wallonie qu’on ne trouve nulle part ailleurs", dit Jean-Marcourt multipliant les exemples: Flying-Cam (des caméras embarquées à bord de drones, qui ont participé aux films Harry Potter et James Bond, mais qui font aussi du soutien à la construction en hauteur et de la surveillance de lignes à haute tension...), Ben Stassen (un Wallon installé à Bruxelles, qui avec d'autres comme EVS a fait de la Wallonie le leader mondial de la 3D), eMakina Wallonie (présent dans la série télé interactive The Spiral, ou encore dans un autre domaine, le restaurant L'Air du Temps de San Degeimbre...

Public jeune

Le concept est généralement connu, surtout chez les jeunes, ce dont ce félicite le ministre Marcourt, qui s'inscrit en faux contre l'idée qu'on aura une génération perdue: "Il faut leur donner les moyens d'avoir de l'innovation".

Parmi les milliers de personnes aujourd'hui impliquées dans les projets de Creative Wallonia, on trouve en effet beaucoup de jeunes d'un niveau de formation supérieur à la moyenne, avec une parité femmes-hommes en général équilibrée, même si les participants à Nest'up sont en majorité des jeunes hommes, le monde de l'informatique reste encore un milieu très masculin, "alors qu'il n'y a aucune raison, cela fait partie des éléments sur lesquels nous devons certainement travailler", note le ministre.

"Ce qui est très intéressant, c'est qu'un programme comme Nest'up qui est un programme purement privé fait en Asbl par des plusieurs professionnels a souhaité obtenir la labelisation Creative Wallonia, parce que c'est devenu un branding", conclut Jean-Claude Marcourt.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK