Crash de l'avion A320: et si ça se passait chez nous?

Crash de l'avion A320: Et si ça se passait chez nous?
Crash de l'avion A320: Et si ça se passait chez nous? - © DANIEL ROLAND - BELGAIMAGE

"Les services de secours en Belgique auraient du mal à faire face à une catastrophe aérienne", c'est en tout cas ce que déclare le colonel Marc Gilbert , président de la fédération royale des sapeurs pompiers aile francophone et germanophone. Les pompiers ont certes des cours de gestion de crise, mais cela ne semble pas suffire. En cause? Il n'y a pas assez de pompiers professionnels et le gouvernement fait la sourde oreille.

"Nous ne disposons pas des moyens nécessaires pour faire face à une catastrophe." L'affirmation de Marc Gilbert est claire et il s'explique: "En Belgique nous sommes 17 500 pompiers avec 2/3 de pompiers volontaires. Cela veut dire que nous ne bénéficions que de 5000 pompiers professionnels en tout et pour tout. Car ce n’est pas toujours évident d'avoir les pompiers volontaires qui travaillent toute la journée."

Pour le président de la Fédération royale des sapeurs pompiers, lors d'un accident en général et de grande envergure en particulier, tout se joue dans les premières minutes : "C’est à ce moment la que nous avons le plus besoin de personnel, or c’est la que le personnel est restreint. Par la suite , nous faisons appel aux zones de secours qui arrivent en force, mais les premières minutes on se retrouve souvent avec un personnel réduit."  

"C’est pour cette raison que nous demandons toujours au gouvernement de prendre en considération nos demandes de moyens. Nous faisons ce qu’on appelle des analyses de risque et c’est encore une fois très clair: nous ne disposons pas de moyens suffisants que pour pouvoir intervenir correctement."

Alors le déploiement français, impossible en Belgique? "En tout cas, nous rencontrerions dès les premières minutes un problème de personnel. Nous n’arrêterons pas de le dire, il nous manque des effectifs professionnels."

RTBF

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK