CQFD: Gouvernement flamand, l'ombre du Vlaams Belang?

CQFD: Gouvernement flamand: l'ombre du Vlaams Belang?
CQFD: Gouvernement flamand: l'ombre du Vlaams Belang? - © Tous droits réservés

L'accord de gouvernement flamand a été scellé et dévoilé ce lundi, un accord privilégiant l'identité et le social, estiment de nombreux observateurs qui y voient l'ombre Vlaams Belang... Critique fondée ou non? Cela va-t-il compliquer la possibilité d'un accord au fédéral? C'est Ce Qui Fait Débat ce mardi soir et pour en parler autour d'Arnaud Ruyssen: Edouard Delruelle, professeur de philosophie politique à l'Université de Liège et Rik Torfs, ancien recteur de la KU Leuven et ancien sénateur CD&V.

La NV-A court après le Belang, l'Open Vld court après la N-VA et le CD&V court après le pouvoir

Pour Edouard Delruelle, c'est clair et ça ne date pas d'hier: "les programmes de la N-VA et de l'Open Vld sont, dans les faits, de plus en plus proches de ceux du Vlaams Belang", estime le professeur, qui pose cette question: aurait-on pu imaginer qu'un gouvernement flamand prenne de telles mesures il y a 10 ou 15 ans? "Pour moi, il y a sûrement la marque du Vlaams Belang, mais c'est surtout la NV-A qui court après le Vlaams Belang, l'Open Vld qui court après la NV-A et le CD&V qui court après le pouvoir (...) L'identitaire cache un programme ultra libéral, un ultra capitalisme, il faut aussi voir un gouvernement à droite toute, sur le national et sur l'économique".

Rik Torfs reconnaît que la percée du Vlaams Belang aux dernières élections joue dans la percée à droite que l'on constate, mais il se dit surpris par "la différence des réactions en Flandre et en Belgique francophone", en précisant: "chez nous en Flandre, on a surtout l'impression que le gouvernement se veut très ambitieux sur certains terrains et se laisse inspirer par les pays nordiques qui ont eu de gros succès ces dernières années".

Quel impact sur la formation du gouvernement fédéral?

Quant à l'impact que pourrait avoir cet accord flamand sur la suite des négociations au fédéral, Rik Torfs renvoie aux matières de fiscalité et de sécurité sociale qui restent du ressort du fédéral: "il va falloir tenir compte des sensibilités des deux parties du pays pour trouver un accord avec leur majorité respective, explique l'ancien recteur de la KUL, et pour moi, c'est le centre qui gouverne dans les deux parties du pays, le centre sans les extrêmes".

"Ça sera extrêmement difficile, prédit Edouard Delruelle, à moins qu'un des deux partis (PS ou N-VA, Ndlr) n'avale des couleuvres énormes (...) Le point fondamental pour le gouvernement fédéral, ce sera la sécurité sociale. Aujourd'hui, c'est plus de 12 milliards de déficit. Si la N-VA veut refinancer la sécurité social, notre seul véritable bien commun, alors un accord avec le PS sera possible". 

Le professeur à l'ULiège conclut que "ce n'est pas la Flandre et la Wallonie qui sont de plus en plus divergentes, ce sont les partis politiques, et je pense qu'il y a un problème de représentation politique en Flandre..."

CQFD, Ce Qui Fait Débat, un face à face sur une question d'actualité chaque jour à 18h20 sur La Première et à 20h en télé sur La Trois.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK