Coronavirus : le vaccin de Pfizer sera-t-il disponible en Belgique ?

Alors que la firme pharmaceutique américaine Pfizer a annoncé des résultats prometteurs dans l’élaboration de son vaccin, il ne faut pas s’attendre à ce qu’un vaccin, celui de Pfizer ou un autre, ne soit disponible avant plusieurs mois en Belgique. Pour être fournie en vaccins lorsque ceux-ci seront prêts, la Belgique n’avance pas seule. Elle suit la stratégie de l’Union européenne qui a précommandé des centaines de millions de doses.

Sur les antennes de la VRT, le ministre de la Santé, le sp.a Frank Vandenbroucke s’est montré prudent lundi soir. Sur le plateau de "De Aspraak", il a qualifié de "positive" l’annonce de Pfizer, selon laquelle son vaccin donnait de bons résultats chez 9 patients en test sur 10. Cependant, pour le ministre, il faut rester réaliste. "Même si les résultats de la recherche se confirment, il faut regarder les faits. Cela prend des mois avant qu’un vaccin n’arrive sur le marché. C’est un processus particulièrement complexe. Ce n’est pas juste une pilule qu’on va chercher chez le pharmacien", a déclaré le ministre de la Santé, faisant référence aux précautions à prendre dans la fabrication d’un vaccin.

Dès lors, la Belgique disposera-t-elle d’un vaccin pour le printemps ?

A cette question, le ministre de la Santé avance aussi avec prudence. "Cela se pourrait, mais vous ne m’entendrez pas le dire. Nous allons encore devoir faire ensemble de gros efforts pour vaincre le virus sans ce vaccin. Nous traverserons un hiver très difficile", a expliqué le ministre de la Santé. La semaine dernière, au parlement, le ministre de la Santé évoquait un vaccin disponible au cours du premier trimestre 2021.

On le sait, les différentes firmes pharmaceutiques se sont lancées dans la course au vaccin contre le Covid-19. Des projections ont été faites par les laboratoires pharmaceutiques qui envisagent de fournir une cinquantaine de millions de doses de vaccin en 2020. C’est surtout en 2021 qu’ils seront davantage capables de répondre à la demande avec plus d’un milliard de doses disponibles.


►►► A lire aussi : Quand, pour qui ? Le point sur les vaccins contre le Covid-19 attendus en Belgique


Comment la Belgique mettra-t-elle la main sur une partie de ces doses ? Cela se fera via l’Europe. Depuis que les firmes pharmaceutiques ont entamé les recherches sur des vaccins, l’Union européenne a négocié avec elles. En début de semaine, Ursula von der Leyen, la Présidente de la Commission européenne, a confirmé sur Twitter, se réjouissant de l’annonce faite par Pfizer, que 300 millions de doses seraient prochainement commandées auprès de ce fabricant. L’adoption d’un accord de pré-achat d’un vaccin contre le Covid-19 avec la firme pharmaceutique Pfizer-BioNTech figure, en effet, à l’ordre du jour du collège de la Commission de ce mercredi, comma l’a confirmé ce mardi le porte-parole en chef de l’exécutif européen. 

La Commission avait déjà conclu en septembre un accord préliminaire avec l’allemand BioNTech et l’américain Pfizer pour précommander 200 millions de doses de leur potentiel vaccin, avec l’option d’acquérir 100 millions de doses supplémentaires.

Une fois cet accord validé, il sera envoyé aux États membres pour qu’ils décident les quantités de vaccins à réserver, puisque ce sont eux qui devront finaliser les achats. "Nous recevrons normalement vendredi des informations de la Commission (sur le vaccin de Pfizer), ce qui nous donnera en principe cinq jours ouvrables pour décider si nous voulons aussi commander des vaccins", a commenté plus tôt en matinée le ministre belge de la Santé, Frank Vandenbroucke.


►►► A lire aussi: Course au vaccin contre le coronavirus : où Pfizer se situe-t-il par rapport à ses concurrents ?


Pfizer n’est pas la seule entreprise pharmaceutique sur laquelle l’Union européenne mise. L’Europe s’intéresse à six vaccins en cours d’élaboration. Ils sont élaborés par les firmes Johnson&Johnson (via la filiale Janssen Pharmaceutica NV), Sanofi-GSK, CureVac, BioNtech, Moderna et AstraZeneca. La Belgique s’est déjà inscrite via la Commission européenne pour acquérir des doses des vaccins élaborés par AstraZeneca et Johnson & Johnson, en plus d’une autre possibilité avec Sanofi-GSK.

Au total, la Commission européenne a négocié avec ces laboratoires des commandes qui, additionnées, permettront de disposer de près d’un milliard et demi de doses.

Les vaccins devront obtenir le feu vert de l’Europe

L’Agence européenne du médicament, l’EMA, doit évaluer la qualité et les performances des vaccins avant qu’on autorise leur utilisation en Europe. Ce ne sera qu’une fois cette évaluation terminée que l’Union européenne répartira les doses achetées entre les États membres, sur base de leur population. L’idée est de garantir à chaque pays des conditions équitables d’accès au vaccin et des prix abordables. A chaque pays ensuite de répartir les doses obtenues en fonction de ses critères et de déterminer, par exemple, des publics prioritaires.

En Belgique, le Conseil supérieur de la Santé a émis ses premières recommandations cet été. Elles pourraient encore évoluer en fonction, notamment, de l’évolution des connaissances sur le coronavirus. Pour le moment, il est prévu d’accorder la priorité au personnel du secteur de la Santé et aux personnes à haut risque, soit les plus de 65 ans et celles présentant des facteurs de comorbidité.

Journal télévisé 13H

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK