Covid-19 : les experts préconisent plus de contrôles des vacanciers de retour de zone rouge pour éviter le scénario du congé de carnaval 2020

Du côté des experts scientifiques, des voix se font entendre pour recommander des mesures plus strictes par rapport aux résidents Belges qui reviennent d’un séjour à l’étranger. L’idée d’un test Covid obligatoire fait son chemin. Le ministre de la Santé a demandé l’avis des experts. Celui-ci est attendu avant la fin de l’année.

Renforcer les mesures de contrôle à la frontière ?

En mars dernier, les retours de vacances de carnaval avaient mis en place toutes les conditions pour une expansion rapide du Coronavirus en Belgique. Alors que les vacances de Noël sont en cours, les inquiétudes sont vives, car le risque est bien présent de connaître aussi un regain important de l’épidémie après cette période. Avant les vacances, le gouvernement n’a pas interdit les voyages à l’étranger, mais il les a déconseillés. Ce n’est pas le moment de voyager, avait déclaré en substance le Premier ministre Alexander De Croo, à l’issue du dernier comité de concertation. Quasi toute l’Europe était classée en zone rouge dans les avis de voyage du SPF Affaires étrangères. Cela n’a pas suffi à décourager de nombreux résidents belges qui ont choisi de séjourner hors des frontières du pays en cette période de fin d’année.

Cela inquiète les autorités. En effet, les efforts imposés à la population belge ces derniers mois payent. Les chiffres de l’épidémie continuent à se stabiliser, même s’ils restent élevés. Dans d’autres pays européens, la situation s’aggrave, dont des destinations de voyage prisées en cette période de fin d’année. La situation épidémique en France, par exemple, ne s’améliore pas. Il y a aussi la variante du Coronavirus découverte en Grande-Bretagne qui se répand et fait craindre une recrudescence de l’épidémie.

Dans ce contexte, le gouvernement a demandé aux experts qui le conseillent, ceux du GEMS, le Groupe d’Experts de stratégie de crise pour le Covid-19, de faire des propositions. De source RTBF, il se confirme que ces experts estiment que les mesures actuelles ne découragent pas les Belges de voyager à l’étranger et qu’elles ne permettent pas d’encadrer les retours en Belgique. Ils préconisent des règles plus strictes, comme le dépistage Covid pour tout retour en Belgique. Les experts proposeraient aussi qu’on mette à disposition des chambres d’hôtel pour ceux qui n’auraient pas la possibilité de s’isoler en quarantaine chez eux.

Pourquoi faire une distinction entre résidents belges et non-résidents ?

Cette situation fait craindre le pire à certains scientifiques. Interrogée par le Standaard, l’infectiologue Erika Vlieghe (UZ Anvers) estime que ce serait une bonne idée de demander à tous les résidents belges qui reviennent d’un séjour à l’étranger de présenter un test Covid négatif à leur retour en Belgique.

Pour le moment, en vertu des règles validées lors du dernier comité de concertation, seuls ceux qui ne résident pas en Belgique doivent avoir été testés négativement au Covid-19 dans les 48 heures qui précèdent leur entrée sur le territoire belge. " Du point de vue épidémiologique, je ne vois pas de différence entre un non-résident belge et un résident belge qui est allé à l’étranger ", explique Erika Vlieghe à nos confrères du Standaard. D’autres scientifiques, Marc Van Ranst (KU Leuven) et Geert Molenberghs (UHasselt) sont du même avis, selon le Standaard.

Depuis le début de l’épidémie, les contrôles aux frontières sont insuffisants en Belgique.

Interrogé dans le journal télévisé de 13h ce mardi, Yves Coppieters, épidémiologiste et Professeur de Santé publique à l’ULB estime que renforcer les contrôles aux frontières doit être une priorité. "C’est une des clés. Depuis le début de l’épidémie, les contrôles aux frontières sont insuffisants en Belgique. Il ne fait pas partie de la surveillance épidémiologique de la maladie", estime-t-il. " On doit absolument contrôler les non-résidents", ajoute-t-il.

Par contre, pour Yves Coppieters, contrôler tous les résidents Belges à leur retour de zone rouge sera compliqué. "Cela demande une logistique énorme. Il faudrait mettre des tests rapides à disposition aux frontières pour tester les gens qui n’auraient pas un certificat et isoler ceux qui sont positifs dans des lieux particuliers. Sur un plan organisationnel et logistique, c’est très compliqué ", estime Yves Coppieters. Pour les résidents belges ayant voyagé à l’étranger, il préconise plutôt de demander à ces personnes de rester au domicile et de contrôler la quarantaine et l’isolement, tout en fournissant la possibilité d’être testé 5 à 7 jours plus tard.

Les failles des règles actuelles

Ce sera en tout cas un défi de taille de s’assurer que ceux qui se seront, peut-être, exposés au Coronavirus lors d’un séjour à l’étranger au cours de cette quinzaine ne viennent pas contribuer à une nouvelle expansion du virus en Belgique. Les règles actuelles ne permettent pas en effet de l’éviter.

La quarantaine n’est pas systématique après un séjour de plus de 48 heures en zone rouge. Le voyageur, qui doit remplir le PLF, le formulaire de localisation du passager, évalue lui-même le risque d’exposition au virus lors de son séjour. Il doit y déclarer dans quel pays il s’est rendu et répondre à toute une série de questions.

  • A-t-il respecté les mesures de distanciation sociale ?
  • Dans quel type de lieu a-t-il séjourné ?
  • A-t-il eu des contacts avec des gens ?
  • A-t-il fréquenté des lieux de rassemblement ?
  • A-t-il voyagé en groupe ?
  • Quelle était la taille du groupe ?
  • Quel était le moyen de transport ?

Les réponses données en remplissant le PLF sont ensuite analysées. Si les autorités estiment qu’il y a un risque, la quarantaine sera demandée au voyageur. En théorie, il est encore possible, avec des réponses "prudentes", de ne pas être mis en quarantaine.

De retour de zone rouge, 7 voyageurs sur 10 ne sont pas mis en quarantaine

Les statistiques fournies par le Comité interfédéral Testing et Tracing confirment que la quarantaine est loin d’être systématique pour les voyageurs de retour de zone rouge. Du 1er décembre au 28 décembre, 170.725 voyageurs ont rempli un PLF avant de rentrer en Belgique. Parmi ceux-là, 142.242 étaient en provenance d’une zone rouge. 29% des personnes de retour en zone rouge ont montré un comportement à risque et ont reçu un SMS leur demandant de se mettre en quarantaine. Après sept jours de quarantaine, ces personnes reçoivent un deuxième SMS avec un code d’activation pour un nouveau test Covid.

A l’heure actuelle, il est en tout cas difficile de vérifier que ces formulaires PLF sont remplis avec sincérité et justesse. Quant à la quarantaine obligatoire pour les voyageurs concernés, là aussi, il est difficile de vérifier qu’elle est bien respectée.

Selon certains experts, il faudrait idéalement un test covid négatif avant de rester en Belgique suivi d’une quarantaine. Un deuxième test au bout d’une semaine de quarantaine permettrait de limiter les risques de propagation du virus. Un scénario idéal, mais là aussi, dont le respect serait difficile à contrôler.

Il reste à voir ce que le gouvernement fera des recommandations demandées aux experts. Celles-ci doivent être remises avant la fin de l’année 2020.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK