Cours philosophiques : par quoi seront-ils remplacés à la rentrée?

Que va-t-il se passer dans les classes à la rentrée prochaine?
Que va-t-il se passer dans les classes à la rentrée prochaine? - © Archive RTBF

Les cours de religion et de morale peuvent continuer à exister mais les élèves ne seront plus obligés de les suivre : voilà en substance ce que dit l'arrêt rendu jeudi par la Cour constitutionnelle. Elle estime que cela impose un choix convictionnel. Par quoi ces cours seront-ils remplacés?

Cet arrêt de la Cour constitutionnelle bouscule le monde de l'école. Dans l'enseignement libre, fréquenté par plus d'un élève sur deux, rien ne changera. Mais dans l'enseignement officiel par contre il y a de la réorganisation en vue. Jusqu'ici les élèves devaient y opter pour un cour de religion ou de morale. La Cour constitutionnelle estime qu'ils ont le droit de ne pas choisir, de ne pas afficher leurs convictions.

La ministre de l’Éducation Joëlle Milquet va donc légiférer pour permettre aux parents de saisir cette opportunité : "Si cette option est exercée, les élèves seront encadrés par l’établissement selon des modalités que l’on prévoit par arrêté. Cela ne change rien du tout à l’idée que, désormais, il restera dans l’enseignement officiel un cours de religion ou de morale. Au lieu qu’il soit obligatoire, il pourrait être optionnel pour les parents, et dans ce cas il y aura un encadrement pédagogique". La ministre cdH veut faire vite : tout doit être prêt pour la prochaine rentrée.

Qu’est-ce qui changera dans les écoles officielles ?

Tout va dépendre évidemment du nombre de parents qui décideront de ne pas choisir un cours de religion ou de morale. Pour en avoir une idée on peut aller voir ce qui se fait en Flandre. Là ces cours sont facultatifs depuis plus de dix ans. Et le nombre d'élève qui n'est inscrit à aucun de ces cours est plutôt faible. C'est pour les directeurs chargés de faire les horaires que la tâche s’annonce plus compliquée. Surtout si, comme le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles l'envisage, une des deux heures de cours "philosophique" sera consacrée à la citoyenneté.

Interrogé par la RTBF, le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Rudi Demotte confirme qu’il veut "une solution pour la rentrée prochaine". Le programme de son gouvernement prévoit qu’une heure par semaine sera consacré à la citoyenneté, "nous allons respecter cela. Pour le reste, nos services juridiques planchent sur les modifications décrétales qui seront nécessaires. Pour le reste, la démocratie doit s’emparer du débat. Nous ne voulons pas non plus mettre dans l’embarras les personnels utilisés actuellement. Le but n’est pas de faire une mesure par laquelle des gens perdent leur emploi".

RTBF

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK