Coronavirus : un projet de congé spécifique pour les parents seuls

Nathalie Muylle
Nathalie Muylle - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

La ministre de l'Emploi Nathalie Muylle (CD&V) va soumettre à ses partenaires de gouvernement MR et Open Vld un projet d'arrêté de pouvoirs spéciaux ouvrant la porte à un congé parental supplémentaire pour les télétravailleurs isolés (parents seuls ou séparés) afin de s'occuper des enfants pendant le confinement, rapporte mardi de Morgen.

Une des conditions serait que l'un au moins des enfants ait 12 ans maximum, 21 ans pour une personne avec handicap.


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


Les parents pourraient prendre le congé par semaine, la procédure serait la plus courte possible et la demande pourrait commencer après un mois de travail chez l'employeur du moment. De plus, le congé n'aurait pas d'impact sur le système régulier: le solde de congé parental resterait le même. Une autre limite serait que le congé ne pourrait être pris que pour travailler à quatre cinquièmes ou à temps partiel. Le système serait valable jusqu'à la fin de l'année scolaire.

L'instauration d'un congé parental spécifique à la crise du coronavirus est une demande de la Ligue des Familles. Le projet de Mme Muylle est plus limité. Si la ministre reçoit l'appui de ses partenaires de gouvernement, elle pourrait présenter ce projet aux partis qui soutiennent les pouvoirs spéciaux.

La Ligue des Familles approuve

Réagissant à l'article de presse, la Ligue des Familles s'est réjouie de la proposition même si elle déplore son caractère limité. Elle souligne les difficultés rencontrées par les familles qui ne seront pas concernées par ce congé.

"Ce congé ne donnerait pas droit à une indemnisation comparable au règlement sur le chômage temporaire, mais la ministre veut faire un geste envers les parents célibataires en élargissant pour eux le congé parental", disent la Ligue et son pendant flamand le Gezinsbond.

Toutefois, "qu'en est-il de l'indemnisation? C'est difficile pour les parents seuls de prendre congé vu la perte financière. Qu'en est-il des familles d'accueil et des travailleurs indépendants qui n'ont pas droit au congé parental", demandent-elles. "De plus, ce n'est pas une solution pour de nombreuses autres familles: parents d'accueil, travailleurs indépendants, parents avec bébés, nourrissons et enfants en âge préscolaire ou encore les couples où l'un des deux parents travaille en dehors du foyer."

Soutiens du PS, d'Ecolo/Groen et du cdH

Le PS soutiendra le texte de Mme Muylle, a-t-il indiqué à Belga. Mais il en déposera aussi un autre pour inclure tous les parents - et pas que les familles monoparentales - ainsi que tous les travailleurs - et pas que les gens en télétravail. Les socialistes jugent aussi l'indemnisation beaucoup trop basse pour les familles les plus fragiles qui ne pourront pas se permettre de prendre le congé. Ils demandent d'augmenter l'indemnisation (1.291 euros pour les cohabitants et 1.614 euros pour les chefs de famille).

Ecolo/Groen a également apporté son soutien au texte. "Les femmes, plus souvent concernées par ces situations, sont déjà majoritairement en première ligne dans la gestion de cette crise, il est essentiel de les préserver du cumul des difficultés d'une situation déjà suffisamment compliquée dans la vie de tous les jours", a fait valoir Marie-Colline Leroy, présidente de la Commission des Affaires sociales de la Chambre. Elle insiste sur l'importance d'octroyer aux parents concernés un revenu suffisant pour pouvoir se permettre ce choix.

Lui aussi concerné par les pouvoirs spéciaux, le cdH soutiendra également le texte. La cheffe de groupe cdH Catherine Fonck dit espérer une mise en oeuvre dans les plus brefs délais. Elle appelle en outre à ouvrir ce congé aux indépendants et aux fonctionnaires.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK