Coronavirus : un comité de concertation aura lieu ce vendredi à 15 heures, pas d’assouplissements dans les écoles avant le 19 avril

Alors que les chiffres de l’épidémie s’affolent - près de 5000 cas de contamination détectés en 24 heures sur la journée de lundi -, les autorités ont décidé de convoquer un comité de concertation plus tôt que prévu. Le Premier ministre l’organisera ce vendredi 19 mars à 15h00, en visioconférence.

Selon les informations de la RTBF, il semble que les autorités veuillent "procéder à un tour de vis" dès maintenant pour permettre de rouvrir l’ensemble des écoles le 19 avril, après les vacances de Pâques, et de permettre la réouverture de l’Horeca dès le 1er mai, comme cela avait été décidé lors du dernier comité de concertation. Il ne serait pas question de fermes les écoles cependant.

Les ministres de l’Education se sont réunis ce jeudi midi: pas de volonté de fermer les écoles

Les cas d’infection au Covid se sont multipliés de manière importante dans les écoles, tant au Nord qu’au Sud du pays. Les différents ministres de l’Enseignement du pays et le Commissaire Corona, Pedro Facon, ont fait le point sur la situation dans les établissements scolaires et sur la possibilité de mettre en œuvre les assouplissements précédemment envisagés. 

Le précédent Comité de concertation, le 5 mars, avait acté une reprise des cours en présentiel dans l’enseignement secondaire à partir du 19 avril. Une option avait été prise pour faire revenir dans les écoles à 100% les élèves de 3e et 5e secondaire dès le 29 mars. L’augmentation des cas d’infection incite les autorités à la prudence. Les mesures sanitaires prises jusqu’à présent devraient rester d’application. C’est ce qui est proposé aux acteurs de l’Enseignement. 

Du côté de la Fédération Wallonie-Bruxelles, les assouplissements envisagés ne devraient pas entrer en vigueur avant la rentrée du 19 avril, au lendemain des vacances de Pâques. Une concertation est prévue avec les acteurs du secteur. Elle se tiendra ce vendredi.

Le port du masque en 5e et 6e primaire devrait être discuté. Cette mesure, recommandée par les experts, sera soumise aux acteurs de l’enseignement, sans forcément être rendue obligatoire. C’est surtout du côté du ministre flamand de l’Enseignement, Ben Weyts, que l’on souhaitait prendre cette décision. Du côté francophone, la ministre de l’Enseignement, Caroline Désir, en interview à la RTBF a déclaré qu’il n’y avait "pas de démonstration d’une utilité" du port du masque chez les élèves de primaire et "plus d’inconvénients que d’avantages", le masque pouvant être mal porté par les enfants.

A ce stade, il n’y a pas de volonté de fermer les écoles avant les vacances de Pâques, contrairement à ce que certains médias ont avancé. Pour la ministre Désir, il est d'ailleurs pour l’heure totalement hors de question d’envisager une quelconque fermeture des écoles, apprend-on à l’issue de la réunion entre les ministres de l’Enseignement.

Les cas de coronavirus en forte augmentation dans les écoles

Les cas de contamination au Covid sont en nette augmentation dans les écoles. En Fédération Wallonie-Bruxelles, pendant la semaine du 8 au 14 mars 2021, 1906 cas de Covid-19 à l’école (+630 par rapport à la semaine précédente) ont été signalés, dont 1360 pour les 900.000 élèves de l’enseignement fondamental et secondaire en Fédération Wallonie-Bruxelles, soit 0,1% des élèves, indique mercredi l’Office national de l’enfance (ONE).

L’augmentation du nombre de cas a été la plus marquée en maternelle avec 153 cas (31 la première semaine et 62 la deuxième), et en primaire avec 704 cas (343 la première semaine et 427 la deuxième). Les incidences de nouveaux cas calculées sur les 14 jours sont de 321 pour 100.000 en primaire et de 241 en secondaire, précise l’ONE. Le nombre d’élèves nouvellement mis en quarantaine (6247) au cours de la semaine correspond à 0,59% des élèves de l’enseignement obligatoire. 295 membres du personnel ont également été mis en quarantaine.

En Flandre, la situation est tout aussi préoccupante. Entre le 1er et le 14 mars, 4498 élèves et 432 membres du personnel enseignant ont été testés positifs au Coronavirus. 18.646 élèves et 327 membres du personnel ont été placés en quarantaine. L’augmentation est forte par rapport aux deux dernières semaines de février

Comité de concertation avancé

Le comité de concertation était initialement prévu le 26 mars prochain. Il sera donc anticipé face à cette recrudescence de l’épidémie. Il se tiendra ce vendredi 19 mars à 15 heures, en visioconférence.

A la Chambre, ce jeudi après-midi, le  Premier ministre a appelé à une grande prudence. "Nous devons être très prudents.  Tous ensemble, nous devons envoyer le message que  nous sommes dans une situation délicate", a-t-il déclaré devant les députés. Il a aussi insisté sur le caractère inquiétant des chiffres actuels de l'épidémie. "Cela doit être une indication du fait que la propagation du virus est très importante", a-t-il estimé. "Ce sont les chiffres qui devraient nous aider à déterminer ce qui est nécessaire, pas les émotions", a estimé le Premier ministre. L'objectif reste de pouvoir assouplir le dispositif dans les écoles à partir du 19 avril. Il y a aussi la perspective offerte pour le secteur Horeca pour le 1er mai que le Premier ministre voudrait préserver.

Mercredi soir, une réunion s’est tenue entre le Premier ministre Alexander De Croo et les ministres présidents des entités fédérées. Cette réunion était prévue de longue date, mais son contenu portait surtout, ce qui était moins prévu, sur la situation épidémiologique et les écoles.

Lieux de travail et écoles sont les types de foyers identifiés les plus importants. C’est pour cela que, mardi, le Premier ministre a convié les représentants des patrons pour insister sur le respect de l’obligation de télétravail et des autres mesures sanitaires dans les entreprises. C’est pour cela aussi que ce jeudi, les ministres de l’Enseignement du pays se sont réunis avec le Commissaire Corona pour évaluer la situation et proposer les mesures évoquées plus haut.

Depuis lundi, les réunions s’enchaînent, un peu partout. Le GEMS, le groupe d’experts qui conseille le gouvernement, s’est réuni ce lundi. Sur la table : une réévaluation, à la baisse, des scénarios de déconfinement tels qu’ils sont prévus au 1er avril.

 
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK