Coronavirus : pour B. Lutgen, le plan de relance est une "bouffée d'oxygène et une bouée de sauvetage pour l'Europe"

Benoît Lutgen, député européen, bourgmestre de Bastogne et ancien président du CDH
Benoît Lutgen, député européen, bourgmestre de Bastogne et ancien président du CDH - © THIERRY ROGE - BELGA

Benoît Lutgen, député européen, bourgmestre de Bastogne et ancien président du cdH était l’invité de Matin Première ce vendredi. Il est revenu sur les quelque 540 milliards d’euros débloqués cette nuit du côté de l’Europe pour l’économie, et la situation des bourgmestres dans la lutte contre le coronavirus.

La France dans le viseur

Benoît Lutgen se réjouit des 540 milliards dégagés cette nuit par les ministres européens des Finances. "C’est une bouffée d’oxygène pour les entreprises. Une bouffée d’oxygène aussi pour les personnes qui sont en chômage partiel. C’est l’Europe qui répond très concrètement aux besoins de la population. Il était temps !". Le député européen salue le soutien particulier aux états les plus vulnérables (Italie et Espagne, en tête, avec 240 milliards pour ces pays). "C’est une bouffée d’oxygène pour l’économie, et une bouée de sauvetage de l’Europe". Car elle a enfin trouvé un accord.

"C’était impossible de sortir sans accord, c’est aussi simple que cela". Pour Benoît Lutgen on était proche d’une "implosion européenne". L’ex-président du cdH se penche spécifiquement sur la situation dans la botte italienne. "J’ai une pensée particulière pour nos amis Italiens. Après la crise des réfugiés […], beaucoup de pays sont restés sans grande solidarité à l’égard de l’Italie. Et singulièrement la France." Et Benoît Lutgen de pointer l’Hexagone : "Je tiens à le dire. Et je l’ai dénoncé au Parlement européen".

"Laisser les pays en difficulté au bord du chemin n’a aucun sens. Ça n’a aucun sens au niveau de la solidarité. C’est manquer de cœur et ça n’a aucun sens sur le plan économique à moyen terme et à long terme. Un pays qui part vers la faillite concerne tous les autres". Le député européen est satisfait du fait que l’Europe soutienne les PME. "C’est un premier pas important qui montre que l’Europe prend soin de ses citoyens".

Domaines stratégiques

Le centriste pense que la crise sanitaire est révélatrice d’un manquement de l’Union. Elle aurait, et il le regrette, abandonné l’objectif stratégique de la santé. Et Benoît Lutgen de plaider pour contrer la dépendance à d’autres pays : "Demain l’Europe, doit avoir dans les domaines de l’alimentation, de l’énergie, du numérique, de la santé (au moins ces 4 domaines stratégiques et la Défense), une indépendance, une souveraineté. On ne peut pas être dépendants comme ça d’autres pays. Parce que quand on est dépendants, quand il y a des difficultés, vous avez déjà un genou à terre. Et en plus, nous sommes dépendants aussi de régimes antidémocratiques."


►►►Des entreprises chinoises écoulent des masques non conformes en Europe


 

Pour une coordination lors du déconfinement

Bourgmestre de Bastogne, commune à deux pas de la frontière du Grand-Duché de Luxembourg, Benoît Lutgen stipule aussi que "ça n’a aucun sens" d’avoir des politiques différentes entre pays européens. "Il faut pouvoir défendre une politique de santé au niveau européen. Il n’y a pas eu de coordination au niveau du confinement. Mais je souhaite qu’au niveau du déconfinement (et on y est encore loin du déconfinement total !), il faut qu’on le fasse ensemble. Il y a des millions de travailleurs qui traversent les frontières en Europe chaque jour. Comment voulez-vous imaginer que les règles soient différentes d’un pays à l’autre quand on devra progressivement sortir du confinement ?" s’interroge le Bastognard.


►►► Retrouvez tout notre dossier sur le coronavirus


 

L’exemple transfrontalier des salons de coiffures avait fait parler de lui (reportage du mars)

Et comme maïeur, le député européen se sent-il écouté par les autres niveaux de pouvoir ? "Chacun doit compter sur soi-même, dit-il. On doit d’abord développer la solidarité locale. Il y a des beaux moments dans ces moments de difficultés énormes". Et Benoît Lutgen d’oser la métaphore entre bourgmestre et couteau suisse. "Ils doivent tout gérer (et je pense surtout aux bourgmestres des toutes petites communes), s’occuper de tout". L’homme-fort de Bastogne assure donner la priorité absolue au personnel soignant.

Une prime de 5000 euros pour les indépendants impactés par la crise du COVID a été débloquée par la région wallonne. Benoît Lutgen souhaite que ces moyens soient élargis. Une prime étendue et peut-être même augmentée. "Ainsi, Bastogne soutien l’ensemble du personnel qui est sur le terrain. Ces personnes vont recevoir une prime en chèque-commerce de 200 euros par mois". Celle-ci sera à dépenser lors de la réouverture des commerces locaux à la fin du confinement, pour en même temps favoriser le circuit court et les producteurs de la région.


Suivez toute l'actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d'information européenne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK