Coronavirus : port du masque élargi, suivi des clients de l'Horeca, retour vacances… ce qui change dès ce samedi

Un nouveau Conseil national de sécurité s’est réuni ce jeudi matin. A l’issue de celui-ci, Sophie Wilmès a détaillé les mesures prises pour lutter contre le rebond de l’épidémie en Belgique : port du masque élargi, listing des clients dans l’Horeca, bulle sociale maintenue, suivi des retours des vacanciers, fermeture des "night shops" à 22 heures.. Voici le détail.


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


Concernant la situation sanitaire en Belgique, Sophie Wilmès indique que "les derniers chiffres ne doivent pas nous affoler mais ils doivent être pris au sérieux". "Ce n’est pas anormal mais cela ne doit pas rester sans contrôle." Sans cela, des mesures beaucoup plus strictes devraient être prises, indique la Première ministre.

Elle a indiqué également que ce sont globalement plus les jeunes qui sont touchés ces dernières semaines et que les pics de contamination sont localisés. La phase 5 n’est pas activée. Celle-ci aurait pu intervenir le 1er août. Conséquence : les foires et les salons ne pourront pas reprendre leurs activités. Cette reprise est envisagée sous réserves pour le 1er septembre.

Élargissement de l’obligation du port du masque dans les lieux publics

Au niveau national, à partir de ce samedi 25 juillet, les masques sont rendus obligatoires dans différents lieux publics en zones couvertes comme à l’extérieur. Ils seront obligatoires : sur les marchés, brocantes, dans les rues commerçantes, les fêtes foraines et les lieux "à forte fréquentation, qu’ils soient publics ou privés". Ces lieux seront définis précisément dans chaque par les pouvoirs locaux, a indiqué la Première ministre.

Au niveau des services publics, le port du masque sera rendu obligatoire dans les parties accessibles aux citoyens.

La Première ministre en appelle à la responsabilité de chacun et demande aux citoyens de porter le masque lorsque "les distances sécurité ne peuvent être respectées". "Le citoyen est acteur", a souligné la Première. 

"De manière générale, il a été décidé que les contrôles seront renforcés", indique le communiqué envoyé suite à la conférence de presse.

Pas de retour en arrière sur la "bulle sociale", limitée à 15 personnes

Si le GEES (Groupe d’Experts en charge de l’Exit Strategy) a mis sur la table l’idée de réduire la "bulle sociale" de 15 à 10 personnes, le CNS a décidé de ne pas limiter cette bulle afin de ne pas pénaliser les personnes qui respectent scrupuleusement les mesures imposées. Le CNS rappelle que cette limitation de contacts plus "rapprochés" avec quinze personnes, est une limitation par semaine, et non pas par jour.

Sophie Wilmès a indiqué que l’élargissement ou le rétrécissement de cette "bulle" dépendra des comportements de chacun. "Le message est simple, si tout le monde respecte strictement la règle des 15, on ne devra pas toucher à la bulle des 15 personnes mais tout le monde doit comprendre que […] son maintien dépend du comportement de chacune et chacun".

La Première ministre a également indiqué que "chaque citoyen doit être capable d’énumérer toutes les personnes avec qui des contacts rapprochés ont eu lieu dans la semaine".

Masque lors des déplacements dans les restaurants et suivi des clients via e-mail ou téléphone

Au niveau de l’Horeca, des mesures plus strictes étaient également attendues. Si l’heure de fermeture des établissements n’a pas été remise en cause, le port du masque sera obligatoire lors des déplacements à l’intérieur des établissements. Le CNS rend donc obligatoire le port du masque à partir de ce samedi 25 juillet dans les établissements Horeca, sauf une fois assis pour manger et boire. Mais en arrivant, en repartant, à chaque fois qu’on se lève, le port du masque est rendu obligatoire.

Par ailleurs, les clients devront laisser une adresse mail ou un numéro de téléphone à l’établissement qu’ils fréquentent afin de pouvoir être recontactés en cas de contamination dans le bar ou le restaurant. Concernant la légalité de cette mesure, le ministre de l’Intérieur Pieter De Crem a indiqué que "le champ d’application est acceptable". "Ces informations seront supprimées après 14 jours et ne pourront pas être utilisées à d’autres fins que le contrôle de l’épidémie", précise le communiqué de presse de Sophie Wilmès.

Cette mesure fait néanmoins débat concernant le respect de la vie privée.

Fermeture des "night shops" à 22 heures

Autre annonce : les magasins ouverts en soirée devront fermer à 22 heures. Cette décision est prise car le CNS a estimé que les ouvertures tardives de ces magasins engendraient parfois des problèmes et des rassemblements à risque.

Sophie Wilmès a précisé que la mesure visait à éviter à certains clients la tentation de se rendre dans des magasins de nuit, après la fermeture des bars et cafés pour s’approvisionner. L’heure de fermeture des établissements horeca demeurera, quant à elle, inchangée.

Dans les salles de sport, on prend les devants 

Le renforcement des mesures devrait également s'appliquer aux salles de sport, notamment concernant le port du masque, même si aucune précision n'a été apporté à ce sujet. Alors que les activités en salle ont pu reprendre le 8 juin dernier, en appliquant un certain nombre de mesures, là encore les salles de sport devraient également s'adapter dès ce samedi.

Les clubs de sports sont-ils considérés comme des lieux publiques ? Si oui, comme dans l'Horeca, le port du masque sera obligatoire dès lors que la distanciation sociale d'1,5m ne pourra pas être respectées ou bien lorsqu'une personne se déplace dans le club. Mais, reste à le déterminer. En attendant, plusieurs clubs comme JIMS ou encore Basic Fit ont décidé d'adopter des mesures préventives. "En fonction des mesures décidées, nous avons pris des décisions. Mais il y a toujours entre la décisions et les précisions du gouvernement. Le processus est toujours compliqué. Ils annoncent des mesures mais le délai de mise en place est assez court. Par rapport à la décision ministérielle, il y a toujours des clarifications qui viennent après, notamment concernant le fitness", indique Francis Ottevaere, fondateur de Jims. "Si la fédération nous dit qu'il n 'y a pas besoin de prendre des mesures additionnelles, nous avons pris les devants en attenant les clarifications"

Pour l'heure, en revanche, contrairement à l'Horeca, il semble que l'obligation de remplir un formulaire avec ses données ne soit pas obligatoire. 

Retour des vacanciers à l’étranger, sous surveillance

Pour tous les vacanciers belges partis à l’étranger, un formulaire en ligne sera à remplir à leur retour en Belgique. Ce formulaire sera prochainement disponible sur le site des Affaires étrangères. C’est ce formulaire numérisé que toutes les personnes revenant de voyages dans des zones rouges ou oranges et même vertes devront remplir sous peine d’amende.

Cette mesure est "obligatoire". Il s’agit ici de pouvoir tracer les personnes qui sont parties à l’étranger et de pouvoir retrouver les personnes qui auraient voyagé dans des pays où une recrudescence du virus est observée. La Première ministre a indiqué que ce formulaire était en cours d’élaboration.

Pour les retours des zones oranges, le CNS conseille une période de quarantaine et un test, pour les personnes revenant de zones rouges que ce soit "à pied, en train, en avion", ces mesures sont obligatoires. "Ces règles ne sont pas des conseils mais des consignes. Elles doivent impérativement être respectées. Ces règles s’appliquent également à l’étranger et à votre retour de vacances", a rappelé Sophie Wilmès.

Par ailleurs, la Première ministre a suggéré aux voyageurs d’observer les mesures valables en Belgique, même à l’étranger ou des règles parfois moins strictes sont appliquées "pour votre sécurité et celle de votre entourage".

Confinement local rendu possible

Par ailleurs, comme c’était attendu, le CNS acte une autonomie plus importante au niveau local pour prendre des mesures plus ciblées.

Dans le cadre de ces nouvelles mesures la Première ministre a souligné que c’était les bourgmestres qui étaient "compétents pour intervenir", et qu’ils le feront "dans leur cadre de décision, mais disposent d’une marge de manœuvre pour agir et réagir s’ils devaient observer un rebond dans leur ville ou leur commune".

Sophie Wilmès a également rappelé que des mesures ont déjà été prévues en cas de foyers locaux, et que certains bourgmestres avaient déjà pris des dispositions (une référence, notamment, au durcissement des règles décidé hier par le bourgmestre d’Anvers Bart De Wever -N-VA-). "Dans certains cas, des confinements locaux seront conseillés ou en tout cas possibles, comme cela a déjà été observé dans d’autres pays de l’Union européenne".

Cette autonomie n’est pas pour autant absolue. Si un bourgmestre voulait mettre en place des mesures supplémentaires, il devrait contacter les gouverneurs et autorités régionales, "afin que les mesures restent cohérentes dans l’ensemble du pays". "Par contre, si des foyers épidémiologiques devaient apparaître sur leur territoire, les autorités locales ont toute la latitude pour agir directement", précise le communiqué.

"Les Régions transmettent les informations sanitaires et mettent à disposition des Bourgmestres une feuille de route faite de mesures graduelles qui peuvent être activées au niveau communal, pouvant aller de la fermeture d’un seul établissement à la mise en place de confinements locaux. La communication visuelle et verbale des règles communales supplémentaires relève bien entendu des autorités locales. Elles doivent être soutenues dans leur démarche, dans un esprit de collaboration avec l’ensemble des niveaux de pouvoir", précise le communiqué.

Enfin, elle a ajouté que les bourgmestres devraient s’occuper de la communication concernant les règles qu’ils souhaiteraient ajouter, et que même si l’arrêté du masque obligatoire entre en vigueur ce samedi, ils auraient du temps "pour s’adapter".

Rappel des six "règles d’or"

Comme à son habitude, Sophie Wilmès a tenu à rappeler les six "règles d’or" a respecter pour contenir la propagation du coronavirus, à savoir :

  1. Respectez les mesures d’hygiène.
  2. Favorisez les activités en extérieur.
  3. Restez vigilants vis-à-vis des personnes vulnérables.
  4. Gardez une distance de sécurité (1m50).
  5. Limitez les contacts à 15 personnes par semaine.
  6. Limitez les rassemblements à 15 personnes.
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK