Coronavirus : "nous allons devoir poursuivre les mesures de confinement", affirme Elio Di Rupo

Le confinement en Belgique va-t-il être prolongé ? Les mesures vont-elles se durcir ? Beaucoup de questions restent en suspens, alors que le conseil national de sécurité, l’instance de pilotage de la crise du coronavirus, se réunit cet après-midi. Les représentants des pouvoirs politiques fédéraux, régionaux et communautaires, vont entendre le point des scientifiques sur la situation.

Pour le ministre-président wallon Elio Di Rupo (PS), une chose est à peu près certaine : "nous allons devoir absolument poursuivre les mesures actuelles, affirmait-il ce vendredi matin par Skype dans Matin Première. Je n’imagine absolument pas qu’on ne prolonge pas compte tenu des chiffres : on voit que les personnes hospitalisées augmentent d’une manière vertigineuse et qu’on est loin du pic."


►►► Retrouvez tout notre dossier sur le coronavirus


Le pic de l’épidémie, ce sera lorsque le nombre maximal de personnes hospitalisées sera atteint. En attendant, il faut tout faire pour éviter que les hôpitaux saturent… même si cela signifie probablement une prolongation du confinement. Mais de combien ? "Nous le verrons en fonction de ce que vont dire les experts", répond Elio Di Rupo (par téléphone cette fois). Idem pour des mesures complémentaires : le rapport des scientifiques est attendu entre midi et 14 heures ce vendredi.

Si nous respections déjà toutes les mesures que nous avons prises, il y aurait une vraie réduction du nombre de cas

Si les autorités envisagent de renforcer le confinement, c’est aussi parce que les mesures actuelles ne sont pas respectées par l’intégralité de la population. Selon Test-Achats, un jeune sur deux avouait notamment ne pas appliquer le confinement. "Il y a encore des gens qui se rassemblent, qui font la fête et qui vont en groupe faire des achats", regrette Elio Di Rupo. Pour endiguer l’épidémie durablement, il faut rester chez soi, et ne sortir qu’occasionnellement seul, à la rigueur à deux ou en famille qui vit sous le même toit, rappelle-t-il.


►►► À lire aussi : Confinement et coronavirus : la liste des secteurs essentiels sera affinée avec le concours du Groupe des 10


 

"Je pense que si nous respections déjà toutes les mesures que nous avons prises, il y aurait une réduction du nombre dans un délai qui serait raisonnable, estime-t-il. Certains de nos concitoyens ne comprennent pas qu’être à proximité d’une personne qui peut être infectée fait automatiquement en sorte qu’on devient infecté soi-même."

Préserver le circuit alimentaire

Ce que ne comprennent pas les Wallons également, c’est la confusion qui règne actuellement parmi les infirmières à domicile et dans les maisons de repos de la région, notamment autour de la répartition de 370.000 masques, une liste qui n’a pas été mise à jour. Selon Elio Di Rupo, il s’agit d’une confusion entre les pouvoirs régionaux et fédéraux. "La Région wallonne est compétente pour les maisons de repos, mais pour les soins et les infirmières, normalement c’est le niveau fédéral", précise le ministre-président.

Or, dans le cadre de l’épidémie de covid-19, le fédéral a demandé à la Région de pouvoir contribuer à la distribution des masques. "Nous l’avons fait sur base d’un listing qui vient de l’administration de la Santé publique fédérale et de l’Inami", affirme Elio Di Rupo. Une liste qui n’est apparemment pas conforme à la réalité, note le ministre-président, qui dit "comprendre et partager l’énervement" du corps des infirmiers et infirmières.


Sur le volet économique, une autre question se pose : faudra-t-il fermer certaines activités non-essentielles ? Elio Di Rupo botte en touche : "tout va dépendre de ce que vont dire les experts." Selon le ministre-président, il y a deux avis : celui de tout fermer, sauf ce qui est indispensable, et celui de ne pas tout arrêter, sous peine d’arriver à un cataclysme économique, car les enjeux sont trop importants. Pour Elio Di Rupo, l’essentiel est de maintenir le circuit alimentaire : "derrière les commerces, il y a une quantité impressionnante d’entreprises qui doivent travailler et qu’on ne connaît pas très bien. Je verrai avec mes collègues ce que les experts préconisent, mais ma préoccupation première, c’est l’ensemble du circuit alimentaire."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK