Coronavirus : menace de grève du personnel des services de promotion de la santé à l'école, selon la CNE

Tracing et vaccination contre le coronavirus sont incompatibles avec les missions de base des services de promotion de la santé à l'école (PSE), avertit vendredi la Centrale nationale des employés (CNE), qui prévient ainsi d'un possible préavis de grève à venir de la part du personnel des services PSE.

Le codeco a décidé en août de réquisitionner les services PSE de Bruxelles pour assurer la vaccination des 12-18 ans, tandis que l'ONE a reçu l'ordre d'en organiser, pour la mi-septembre, la campagne.

Mais, selon la CNE, il est impossible d'organiser efficacement cette campagne de vaccination dans les délais imposés et de maintenir en parallèle les missions de base des services PSE (autres vaccinations, visites médicales, dépistages?) "pourtant rendues indispensables au vu de la crise et des cours à distance". 

Des réunions avec l'ONE ont également permis de mettre en lumière "l'impossibilité d'assurer simultanément le tracing (dont la charge augmente de façon exponentielle depuis la rentrée des classes)" et "le risque majeur de démobilisation du personnel face à un défi totalement insurmontable".

L'ONE, ajoute le syndicat, estime que c'est la Cocom qui devrait faire assurer le tracing. "Pourtant, le cabinet du ministre Maron a décliné une demande de rencontre en affirmant que la Cocom n'était pas compétente pour discuter de la charge de travail des équipes PSE", regrette la Centrale.

"Sur le terrain, les certificats médicaux et les démissions commencent à arriver parmi le personnel", affirme cette dernière, qui demande aux autorités "de se concerter afin de postposer le calendrier; faire assurer le tracing par la Cocom (et par l'Aviq en Wallonie); faire assurer la vaccination par du personnel supplémentaire" et "assurer une concertation avec les partenaires sociaux du secteur".

"Faute de cela, la CNE sera dans l'obligation de déposer un préavis de grève", avertit-elle en conclusion.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK