Coronavirus: les premières vaccinations en Belgique pourraient avoir lieu une semaine plus tôt que prévu, selon le ministre Vandenbroucke

Le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke (sp.a) était interrogé à la Chambre au sujet de la campagne de vaccination. Il a évoqué la possibilité d’administrer les premières vaccinations " symboliques " après Noël, donc avant la vaste campagne attendue à partir du 5 janvier. 

Tout dépendra de Pfizer dont le vaccin est attendu. Si ce fabricant distribue son vaccin de façon simultanée en Europe, " nous allons participer à ce signal d’espoir ", a indiqué le ministre Frank Vandenbroucke.

 

Si la Commission européenne autorise la commercialisation du vaccin…

Ce signal d’espoir dont parle Frank Vandenbroucke, c’est la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, qui vient de le donner. Ce jeudi, sur le réseau Twitter, elle a indiqué que, dans l’Union européenne, la campagne de vaccination contre le Covid-19 doit commencer les 27, 28 et 29 prochain. Cela se fera à une condition.

 Il faut que l’Agence européenne des Médicaments (EMA) donne son feu vert au vaccin actuellement en course, celui de Pfizer/BioNtech. Ensuite, la Commission européenne pourra autoriser la mise sur le marché de ce vaccin. L’EMA se réunit le 21 décembre prochain.

Ce jeudi à la Chambre, Frank Vandenbroucke répondait aux questions des députés à la place du Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld), absent en raison de la quarantaine observée en tant que cas contact d’Emmanuel Macron. Le président français a en effet annoncé jeudi matin avoir été testé positif.

Le ministre de la Santé a assuré que la Belgique s’inscrivait dans la ligne européenne et que les premières "livraisons symboliques" et les premières vaccinations pourraient avoir lieu juste après Noël, soit avant la campagne qui doit débuter le 5 janvier en Belgique.

Interpellé par Kathleen Depoorter (N-VA) à propos des budgets consacrés à la vaccination, Frank Vandenbroucke a rétorqué que les montants étaient bien disponibles, tel que le gouvernement l’a développé dans la nuit de mercredi à jeudi lors du débat budgétaire.

Comité de concertation ce vendredi en Belgique : pas d’assouplissements à attendre

Un comité de concertation est prévu vendredi pour évaluer la situation de l’épidémie. Pour Frank Vandenbroucke, l’heure n’est pas aux assouplissements des mesures sanitaires. "En octobre, nous comptions 22.000 contaminations par jour. Aujourd’hui, c’est près de 10 fois moins avec près de 2400 contaminations par jour. C’est une diminution énorme mais pas encore suffisante. Ce qui est préoccupant, c’est de voir des tendances haussières dans plusieurs provinces, ce qui pourrait nous mener à une troisième vague", a-t-il prévenu. "Il faut continuer à réduire le nombre de contaminations. Nous avons tous une belle opportunité avec les vacances et la fermeture des écoles", a-t-il indiqué. "Si nous sommes les meilleurs élèves à présent, ce n’est pas le fruit du hasard. La motivation a augmenté ces dernières semaines. C’est réconfortant de voir cette majorité écrasante qui est bel et bien solidaire", a-t-il conclu.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK