Coronavirus en Belgique : les hôpitaux généraux sont mobilisés, il y en a 103

L’épidémie du coronavirus en Belgique n’en est qu’à son début. C’est ce que martèlent les autorités et experts. Un des enjeux est donc de bien se préparer pour éviter une saturation des hôpitaux au cas où le nombre de patients exploserait. L’Etat belge a demandé à tous les hôpitaux généraux de mettre en place une série de mesures et de veiller à ce qu’il y ait assez de lits et de matériel disponible.


►►► À lire aussi : Le coronavirus au cœur des débats à la Chambre

►►► À lire aussi : Avons-nous vraiment quelques jours de retard sur l’Italie comme l’affirment ces graphiques ?


Un hôpital général, c’est quoi ?

Il s’agit d’un hôpital multidisciplinaire qui comporte au moins un service d’urgence et un service de soins intensifs. Il en existe 103 à travers le territoire : 14 à Bruxelles, 52 en Flandre et 37 en Wallonie. Ces hôpitaux ont reçu une note claire de la part des autorités avec une série de consignes. Il leur est demandé de traiter eux-mêmes les patients atteints du coronavirus. Puisque les hôpitaux de référence (Saint-Pierre à Bruxelles et l’hôpital universitaire d’Anvers) arrivent rapidement à saturation.

Ils doivent donc être capables d’accueillir les patients les plus atteints dans des chambres spéciales, en confinement au sein même des soins intensifs. Pour les moins atteints mais pour lesquels un suivi est quand même indispensable, l’hôpital doit consacrer des lits dans une unité générale comme l’orthopédie par exemple. Là aussi, il est demandé aux hôpitaux de se préparer et mettre en place des mesures d’hygiène et de protection pour éviter les contaminations.

Une chirurgie élective ?

Cela implique que certaines unités soient réquisitionnées partiellement. Il n’est donc pas exclu que certaines interventions pour d’autres pathologies soient reportées. Il pourrait y avoir une sélection au niveau des hôpitaux en fonction des priorités.

Pas de panique, cela reste pour l’instant une éventualité pour que les hôpitaux soient prêts au cas où le coronavirus prendrait beaucoup plus d’ampleur en Belgique. Les autorités tentent de ne pas être dépassées au moment redouté. Les hôpitaux généraux doivent aussi communiquer quotidiennement aux autorités sanitaires le nombre de lits occupés aux soins intensifs et le nombre d’appareils d’assistance respiratoire encore disponibles.