Coronavirus : le premier vaccin sera disponible en Belgique en mars, annonce Maggie De Block

Les mesures prises lors du dernier Conseil national de sécurité (CNS) sont destinées à un "long terme" explique la ministre de la Santé Maggie De Block (OpenVld), interrogée sur La Première. "C’est pour cela que le nombre de personnes avec qui on peut avoir des contacts rapprochés a été élargi. Choisir une bulle de cinq, c’est difficile pour une famille, certainement pour les jeunes gens et pour les grands-parents. Il faut trouver un mode de vie pour le long terme parce que le virus sera encore chez nous à Noël, mais aussi à Pâques". Selon elle la Première ministre a "donné des perspectives" à la population.

Baromètre de l'épidémie

Un baromètre de l’épidémie a été élaboré par les scientifiques, mais il n’entre pas encore en vigueur : "Ce baromètre avec des couleurs était bien, on a pensé prendre comme critère le nombre d’hospitalisations, ou le nombre de patients en soins intensifs. Mais on sait qu’il y a un délai de deux à trois semaines entre le moment où on est malade et celui où on est hospitalisé. Il fallait donc affiner ce baromètre. Il y avait des difficultés pour les grandes villes où il y a beaucoup d’hôpitaux".


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


"Si on se fout de la quarantaine, c’est pire que jamais"

Face à ceux qui critiquent le peu de mesures annoncées mercredi lors du CNS, Maggie De Block répond : "Il y avait tant de gens qui ne respectaient pas les mesures. Si des mesures sont strictes et qu’elles ne sont pas respectées, c’est pire que d’avoir des mesures raisonnables qui sont respectées". Elle cite la diminution de la durée de la quarantaine (qui passe de 14 jours à 7 jours) : "Il n’y avait pas beaucoup de gens qui étaient enthousiastes de rester 14 jours chez eux. On s’aligne sur d’autres pays comme la France ou l’Allemagne, et un avis scientifique recommandait une isolation de 7 jours". L’OMS continue de prôner des quarantaines de 14 jours : "C’est une piste épidémiologique, mais il faut choisir. Si on se fout de la quarantaine, c’est pire que jamais", assène la ministre.

Généralistes

Depuis plusieurs semaines les généralistes se plaignent d’un surcroît de travail amené notamment par les procédures. Ils ont été entendus, répond Maggie De Block : "C’est la première ligne de défense contre le virus. On a installé des postes de triage avec des infirmières et des étudiants. Il faut aussi les soutenir avec une sorte de call-center parce qu’ils ont trop de demandes. Les situations sont différentes selon la région, des centres de tri ont été fermés trop vite. Nous allons élargir leur capacité : il faut que les médecins puissent savoir où envoyer les patients".

L’application Coronalert qui sera bientôt disponible "n’est pas en gadget, c’est pour vous avertir lorsque vous avez rencontré quelqu’un que vous ne connaissez pas mais qui est positif. Ce n’est pas la solution, mais cela peut aider pour les contacts que vous ne connaissez pas".

Vaccin au mois de mars

Selon Maggie De Block, normalement le premier vaccin qui sera disponible en Belgique "sera celui de Sanofi et il va arriver au mois de mars". La fourniture en Belgique (et dans les autres Etats-membres) sera fractionnée chaque mois. Le Conseil supérieur de la Santé recommande de vacciner "d’abord le personnel soignant et les patients vulnérables".

"Je suis une fan d’Alexander depuis longtemps"

Le Roi a désigné mercredi deux conformateurs : Paul Magnette (PS) et Alexander De Croo (OpenVld). Les 7 partis qui sont autour de la table sont condamnés à réussir : "Je pense qu’il n’y a pas d’autre choix. Ce pays a besoin d’un gouvernement, les citoyens ont besoin d’un gouvernement qui a toutes les compétences." Le Premier ministre favori de Maggie De Block est "évidemment Alexander De Croo, il est dans mon groupe politique. Il est Flamand. Ce serait utile d’avoir un Premier ministre flamand quand il y a une majorité du côté francophone et pas chez nous. Dans un gouvernement il faut avoir des équilibres. Je suis une fan d’Alexander depuis longtemps".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK