Coronavirus: la reconstitution d'un stock stratégique était une préoccupation depuis juin 2018

La reconstitution d'un stock stratégique en vue d'une pandémie était une préoccupation à l'échelon fédéral depuis 2018, ressort-il de l'audition du président du Risk Management Group (RMG) et "Chief Medical Officer" du SPF Santé, Paul Pardon, devant la commission spéciale Covid de la Chambre ainsi que des documents qu'il a transmis. En janvier 2020, alors que la pandémie de Covid-19 menace, il apparaît toutefois que le processus peine à se concrétiser.

En 2017 et 2019, le stock de 22 millions de masques constitué une dizaine d'années plus tôt pour faire face à la grippe H1N1 a été détruit. Le 28 juin 2018, le cabinet de la ministre Maggie De Block a adressé une note au SPF Santé demandant l'élaboration d'un plan d'actions en vue de constituer un nouveau stock stratégique. En novembre, un plan d'urgence retravaillé a été présenté au cabinet. L'idée d'un stock roulant afin d'éviter la péremption du matériel inutilisé est évoquée en janvier 2019 lors d'une réunion du RMG.

Le 3 avril 2019, M. Pardon insiste dans une note confidentielle sur l'importance du dossier. "Le stock stratégique précédent a été détruit et une pandémie se présentera peut-être dans les toutes prochaines années", avertit-il. En août, il présente une nouvelle note établissant le montant nécessaire à 100 millions d'euros.

Le 17 janvier 2020 M. Pardon envoie un nouveau mail au cabinet dans lequel il rappelle sa note relative aux moyens financiers nécessaires pour constituer un stock. Le 23 janvier, pour réponse, il reçoit une demande de précisions, le montant de 100 millions d'euros n'étant pas justifiable à ce stade.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK