Coronavirus : la pandémie anéantit 12 ans de lutte contre la tuberculose, déplore Action Damien

"La pandémie de Covid-19 a anéanti 12 ans de progrès dans la lutte contre la tuberculose", s’inquiète mardi Action Damien, à la veille de la Journée mondiale de lutte contre cette maladie infectieuse. L’ONG appelle la population à soutenir financièrement son travail alors que chaque année, près de mille nouveaux cas de tuberculose sont diagnostiqués en Belgique.

Comme le SARS-Cov-2, la tuberculose se transmet, entre autres, par des gouttelettes lorsqu’une personne infectée tousse ou éternue. Dans le monde, 10 millions de personnes sont contaminées par la tuberculose chaque année et 1,4 million de personnes en meurent. Cela équivaut à trois décès par minute.

1,4 million décès supplémentaires dans les 5 prochaines années

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l’année dernière, 25% de patients (atteints de tuberculose) ont été dépistés en moins sur une période de six mois. "En conséquence, on s’attend à 1,4 million de décès supplémentaires dus à la tuberculose au cours des cinq prochaines années", avance Tine Demeulenaere, conseillère médicale chez Action Damien, qui pointe du doigt la pandémie de coronavirus. "Tous les progrès que nous avons réalisés, dans le monde, dans la lutte contre la tuberculose au cours des douze dernières années ont été anéantis en seulement douze mois", regrette-t-elle.

Le confinement adopté dans de nombreux pays a en effet accéléré les "conséquences désastreuses" de la maladie chez les personnes infectées. "D’une part, peu de personnes osaient encore aller consulter un médecin, par crainte d’attraper le coronavirus. D’autre part, les mesures strictes interdisaient tout déplacement à nos équipes pour se rendre auprès des patients. Par conséquent, aucun traitement n’a pu débuter, les personnes victimes de la tuberculose ont vu leur état empirer et ont continué à contaminer leur entourage", rapporte Action Damien, qui vient en aide aux personnes atteintes de tuberculose depuis plus de 50 ans. "Sans traitement approprié, 50% des patients meurent dans les deux ans, alors qu’un patient traité a plus de 85% de chances d’être guéri", souligne encore Tine Demeulenaere.

Situation préoccupante à Bruxelles

En Belgique, la situation est particulièrement préoccupante à Bruxelles puisque plus d’une victime sur trois (35%) vit en effet dans la capitale. Les personnes sans-abri y sont à haut risque. "Ce groupe augmente d’année en année : Bruss’Help observe une augmentation de près de 28% du nombre de personnes sans domicile fixe dans la région de Bruxelles-Capitale par rapport à 2018", indique Action Damien.

Et, comme au niveau mondial, la pandémie a fait chuter le nombre de diagnostics de tuberculose en Belgique. Plus encore que les autres années, Action Damien appelle dès lors à soutenir son travail, en faisant un don ou en achetant par exemple ses célèbres marqueurs. Outre des actions de dépistage, l’ONG organise l’hébergement, pendant la durée de leur traitement, de personnes sans domicile fixe atteintes de tuberculose. Elle veille aussi à leur redonner une place dans la société.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK