Coronavirus : la bulle sociale remise en question, comment a-t-elle évolué depuis le début de la crise ?

Coronavirus: la bulle sociale remise en question, comment a-t-elle évolué depuis le début de la crise?
Coronavirus: la bulle sociale remise en question, comment a-t-elle évolué depuis le début de la crise? - © Tous droits réservés

Les appels résonnent de plus en plus fort pour assouplir les règles de la bulle sociale. Aujourd’hui, les citoyens belges ne peuvent avoir qu’un contact rapproché en dehors de leur foyer. Mais cela n’a pas toujours été le cas… Retour sur près d’un an de changements en matière de règles sociales dans le cadre de la lutte contre le coronavirus.

18 mars 2020 : rassemblement interdit

Les toutes premières mesures prises par le Conseil national de sécurité pour lutter contre le coronavirus sont entrées en vigueur le 13 mars. Elles contenaient, entre autres, la fermeture des cafés, restaurants et discothèques, mais pas encore de restrictions en matière de contacts sociaux, à part un rappel des règles de distanciation sociale.

Cinq jours plus tard, la Belgique entre officiellement en confinement : tout rassemblement est interdit et les citoyens sont invités à rester chez eux. Les marchés en plein air seront d’ailleurs fermés. Il est néanmoins possible de voir deux autres personnes – toujours les mêmes – pour se promener à l’extérieur ou faire du sport.

10 mai 2020 : bulle sociale de 4 personnes

Un élargissement supplémentaire des contacts sociaux a lieu le 10 mai, jour de la fête des mères : chaque famille peut accueillir 4 personnes, mais toujours les mêmes personnes, et dans un seul foyer. Les personnes que vous accueillez chez vous s’engagent donc à ne pas aller ailleurs.

Les distances de sécurité doivent être respectées, de préférence dans le jardin ou sur une terrasse. Une attention particulière doit être portée aux personnes âgées et plus fragiles.

8 juin 2020 : bulle élargie à 10 personnes

Le Conseil national de sécurité du 3 juin décide d’élargir la bulle de contacts à 10 personnes. Les autorités conseillent à chacun de n’avoir des contacts rapprochés qu’avec maximum 10 autres chaque semaine. "Cette règle compte pour chaque personne. Ce droit donc est tout à fait individuel. Chaque semaine signifie aussi que ces personnes peuvent changer si vous le souhaitez", précise Sophie Wilmès, alors première ministre.

Pour les autres personnes, il faudra maintenir les distances physiques d’1m50. Si ce n’est pas possible, il est fortement conseillé de porter un masque.

Les autorités publiques comptent sur le bon sens et la solidarité des Belges pour continuer à se protéger les uns, les autres. Elles misent sur le contrôle social naturel. Si par exemple, vous êtes invité à une fête où il y aura plus de 10 personnes, il est fortement recommandé de ne pas y aller pour respecter la règle de "la bulle des 10".

1er juillet 2020 : bulle de 15 personnes

A partir du 1er juillet, la bulle privée passe de 10 à 15 personnes par semaine. Le nombre à retenir est donc "15 personnes pour toutes vos activités". "Ça peut paraître peu mais nous faisons tout ce qui est possible vu les circonstances difficiles", affirme alors la première ministre Sophie Wilmès.

29 juillet : bulle réduite à 5 personnes par mois

La mesure la plus importante annoncée à l’issue du Conseil national de sécurité est certainement la bulle sociale qui passe de 15 personnes maximum à 5 maximum par foyer et par mois.


►►► À lire aussi : La vie est nulle en bulle ? Tout sur la bulle de 5, son origine, et son avenir pour le coronavirus


"Le compte se fait donc pour le foyer tout entier et non plus par personne. Les enfants de moins de 12 ans ne comptent pas dans ces 5 personnes. Ces 5 personnes sont donc des gens en plus de votre foyer avec qui vous entretenez des contacts rapprochés. C’est-à-dire des contacts pendant lesquels les distances de sécurité ne sont pas toujours assurées", explique Sophie Wilmès à l’époque.

À tout moment les distances de sécurité doivent être respectées avec les personnes qui ne font pas partie de votre bulle sociale.

25 septembre 2020 : bulle de 5 personnes "conseillée"

Peu compris par la majorité de la population, le concept de "bulle sociale" a été reprécisé, afin de définir le nombre personnes avec qui chaque Belge peut avoir des contacts rapprochés.

Ce sont des personnes que "vous pouvez enlacer, avec qui vous pouvez manger ou boire un verre en étant proche l’un de l’autre, des personnes avec qui vous ne maintenez pas les distances. Il s’agit donc bien d’un choix individuel de 5 personnes. Et puisque ce n’est pas une obligation, cela induit que vous faites le choix de ces 5 personnes en votre âme et conscience", explique la Première ministre Wilmès.

La bulle de contacts de 5 personnes reste conseillée par les experts mais elle n’est plus obligatoire. Vous pouvez voir qui vous voulez mais il faut respecter les distances de sécurité et éviter autant que possible les contacts rapprochés. Si vous ne pouvez respecter les distances, portez un masque. Pour les contacts rapprochés, il est donc conseillé de les limiter à 5 personnes en dehors de son foyer et par mois.

Il n’est toujours pas autorisé de voir plus de 10 personnes au même endroit, au même moment (enfants non compris).

9 octobre 2020 : bulle limitée à 3 personnes

Pour sa première conférence de presse sur le coronavirus, le nouveau gouvernement De Croo troque le terme "Conseil de sécurité national" contre "comité de concertation".

Le Premier ministre Alexander De Croo et le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke demandent à chaque citoyen de limiter ses contacts proches à trois personnes maximum par individu. Il s’agit ici des personnes avec lesquelles on entre en contact physique et avec lesquelles on ne respecte pas la distanciation d’1,5 mètres et avec qui on ne porte pas de masque.


►►► À lire aussi : Coronavirus : contacts sociaux, fermeture des bars à 23 heures… Voici les nouvelles mesures qui entrent en vigueur ce vendredi


En dehors du ménage, les contacts rapprochés avec d’autres personnes sont donc limités à trois personnes.

Pour les événements privés à domicile, vous ne pouvez pas inviter plus de quatre personnes chez vous, et cela tout en respectant les distances de sécurité ou avec port du masque si c’est impossible.

Les rassemblements de personnes privés ou "non organisés" à l’extérieur sont aussi concernés par ces restrictions et ils ne peuvent donc se faire qu’avec quatre personnes maximum, sauf pour les personnes vivant sous le même toit.

19 octobre 2020 : bulle réduite à une seule personne

Si le Comité de concertation ne parle pas officiellement de reconfinement, ça y ressemble méchamment. Face à la hausse des contaminations, le gouvernement fédéral et les entités fédérées ont pris de nouvelles mesures pour tenter d’endiguer la propagation du Covid-19 en Belgique, dont la restriction de la bulle de contact à maximum 1 personne par personne.

La bulle de contact rapprochée est réduite à une seule personne. Cette personne n’appartient pas au ménage. Quant aux rassemblements privés, ils peuvent se faire mais avec un maximum de quatre personnes, en dehors de votre foyer, et dans le respect des règles sanitaires (c’est-à-dire avec le port du masque et la distanciation sociale). Il s’agira des mêmes quatre personnes pour une période de deux semaines.

24-25 décembre 2020 : l'exception de Noël

Alors que la France permet à six adultes de se retrouver autour de la table pour la Noël, la Belgique reste assez stricte, même si le gouvernement accorde un très léger assouplissement : chaque foyer peut recevoir une personne pour la Noël. Les personnes isolées peuvent en accueillir deux simultanément soit pour le réveillon du 24, soit pour le 25 décembre.

Mars 2021 : vers un élargissement de la bulle ?

Cela fait désormais quatre mois que les autorités belges ont imposé une bulle sociale limitée à une personne et cette restriction commence à peser lourd auprès de la population et chez certains politiciens.

Le coprésident d’Ecolo Jean-Marc Nollet a par exemple avoué qu’il ne respectait plus les règles non plus, ce qui a suscité un tollé auprès de ses collègues.

Face aux demandes répétées d’assouplissement de la bulle à l’approche du prochain comité de concertation de ce vendredi, le Premier ministre a rappelé que les règles valaient pour tout le monde.

Il a néanmoins aussi ouvert la porte : "Nous voulons tous retrouver au plus vite notre vie d’avant. C’est la raison pour laquelle le Comité de concertation examinera également vendredi comment donner plus de perspectives dans les semaines et les mois à venir, sans prendre le risque d’une troisième vague."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK