Coronavirus : L'objectif est de vacciner 70% des Belges, sur base volontaire et gratuitement

Coronavirus : L’objectif est de vacciner 70% des Belges, sur base volontaire et gratuitement
Coronavirus : L’objectif est de vacciner 70% des Belges, sur base volontaire et gratuitement - © Mario Tama - Getty Images

Les différents ministres en charge de la Santé en Belgique se sont mis d’accord sur la stratégie à suivre en matière de vaccination contre le coronavirus. Lorsque les vaccins seront disponibles, ils seront administrés sur base volontaire et gratuite à la population. L’objectif sera de vacciner au moins 8 millions de Belges, selon un communiqué diffusé lundi par les autorités.

Il faut encore déterminer les groupes de population qui seront prioritaires. Cela se fera sur la base d’avis scientifiques et d’un " débat sociétal ".


►►► A lire aussi : Le vaccin contre le coronavirus devra-t-il être obligatoire ?


Cela nécessitera une organisation. Les vaccins seront en effet fournis dans des flacons contenant plusieurs doses. Une fois ces flacons ouverts, tout doit être administré le même jour. On privilégiera donc de vacciner les citoyens en groupe, autant que possible. " Il faut organiser une campagne de vaccination qui va nécessiter de grouper les gens, d’une façon ou d’un autre. Il faudra une logistique opérationnelle qui peut marcher ", estime le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke

Sciensano et l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé collaborent pour l’élaboration d’un plan de surveillance. À cette fin, le réseau flamand Vaccinnet sera utilisé et étendu à toutes les entités fédérées.

Une vaccination gratuite et non obligatoire

La vaccination sera gratuite pour chaque citoyen. "Cette vaccination est tellement importante pour tout un chacun que nous allons rendre le vaccin gratuit. Il sera remboursé à 100% ", confirme le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke. " Cela va coûter cher, mais c’est un investissement ultra-important, tant pour notre santé publique que pour notre économie ", poursuit-il.

L’objectif est de vacciner au moins 70% de la population, soit huit millions de Belges, même si les autorités sont conscientes que ce ne sera pas évident. " Il y a des gens qui doutent et, actuellement, on ne peut pas prendre de décision car des vaccins doivent être validés, mais si des vaccins sont validés par des institutions indépendantes de l’industrie, à ce moment-là, les gens peuvent avoir confiance, tant en ce qui concerne l’impact positif de ces vaccins qu’en ce qui concerne la sécurité dans leur usage ", estime le ministre de la Santé.


►►► A lire aussi : Pfizer: ça veut dire, quoi, un vaccin "efficace à 90%"? Comment calcule-t-on ce chiffre ?


Si l’objectif des autorités est d’arriver à vacciner 70% de la population, soit huit millions de Belges, cela ne se fera pas dans la contrainte. Le vaccin ne sera pas obligatoire. " Ce n’est pas quelque chose qu’on peut rendre obligatoire pour tout un chacun. Il faut convaincre les gens et, sur base de la conviction, atteindre un taux de vaccination d’au moins 70% ", explique Frank Vandenbroucke, le ministre de la Santé.

Qui sera vacciné en priorité ?

Une taskforce " opérationnalisation de la stratégie de vaccination Covid-19 " va être créée au sein du Commissariat Corona du gouvernement. Elle devra régler les détails pratiques de la campagne de vaccination. Elle devra notamment se pencher sur les publics qui seront prioritairement ciblés par la vaccination. Impossible pour le moment de dire avec certitude quel sera le profil des personnes vaccinables en premier. Une piste est probablement à aller chercher dans l’avis déjà formulé par le Conseil Supérieur de la Santé qui plaçait en tête de liste des publics à vacciner le personnel des institutions de soins, les personnes âgées et celles à risque en raison de leur état de santé.

La taskforce "opérationnalisation de la stratégie de vaccination COVID-19" sera chargée de déterminer, d’attribuer et de soutenir toutes les actions nécessaires à la réalisation de la stratégie de vaccination. Sa mission est uniquement une mission de coordination. Elle sera composée de scientifiques, de représentants des autorités des entités fédérées et du fédéral, de gestionnaires de crise et, où nécessaire, de représentants d’organisations professionnelles et de groupes de travail techniques. Elle sera dirigée par le Pr Dirk Ramaekers, qui dirige un hôpital à Hasselt.

Au sein de cette taskforce, une cellule spécifique "Débat sociétal et communication" sera chargée de la rationalisation et de la coordination de la communication scientifique et publique. Celle-ci sera présidée par le Pr Yvon Englert, selon le communiqué.

Pas encore de date pour la livraison des vaccins en Belgique

Pour son approvisionnement en vaccins, la Belgique participe à la procédure européenne d’achats anticipés dans laquelle la Commission européenne négocie avec les entreprises au nom des États membres. Quatre contrats ont déjà été signés au niveau européen. L’achat ne se concrétise que si les vaccins actuellement à l’essai se révèlent efficaces et sûrs et sont autorisés à la commercialisation en UE.

La Belgique participe à ce niveau à la procédure européenne d’achat des vaccins COVID-19, dans laquelle la Commission européenne négocie avec les entreprises au nom des États membres. La Belgique s’est déjà engagée en signant trois contrats.


►►► A lire aussi : "Course au vaccin contre le coronavirus : où Pfizer se situe-t-il par rapport à ses concurrents ?"


Le ministre de la Santé n’est pas en mesure de communiquer une date ou une période pour l’arrivée des vaccins en Belgique. Tout dépendra de la procédure entamée par la Commission européenne. Pas question pour le ministre Frank Vandenbroucke de s’engager à la légère dans un calendrier de vaccination. " Par exemple, Astra Zeneca (l’un des fabricants de vaccins que la Belgique pourrait acheter) a dit qu’il pourrait commencer les livraisons au début de l’année 2021. Moi, je ne peux pas garantir cela. Et deuxièmement, le plus important, c’est que ces vaccins doivent être validés en tant que vaccin, tant au niveau de leur impact positif (leur efficacité) qu’au niveau de leur sécurité. Ces vaccins doivent être validés par l’Agence européenne des médicaments ", précise le ministre de la Santé. Ce n’est qu’à partir du moment où l’Europe aura donné son feu vert à la commercialisation des vaccins que la Belgique concrétisera l’achat des vaccins pour lesquels elle s’est portée acquéreuse.

Journal télévisé de 19h30 le 16/11 :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK