Coronavirus : "Il faut donner des perspectives et réfléchir à des assouplissements" estime Leïla Belkhir, infectiologue aux cliniques universitaires Saint-Luc

Les chiffres de l’épidémie sont plutôt bons avec une moyenne des hospitalisations en diminution. Par contre, les contaminations sont à la hausse mais cette augmentation doit être nuancée puisque les tests sont aussi plus nombreux. Alors peut-on espérer un assouplissement des mesures à l’occasion du comité de concertation programmé ce vendredi. Leïla Belkhir, infectiologue aux cliniques universitaires Saint-Luc et Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral de la lutte contre le covid-19 se montrent assez optimistes.

"Nous aurions sans doute espéré que les chiffres soient encore plus bas qu’ils ne le sont actuellement mais il faut bien admettre que la situation dans les hôpitaux reste stable, et c’est une excellente nouvelle. Je pense qu’il est nécessaire d’envisager des perspectives. Ça ne veut pas dire que nous devons tout rouvrir loin de là mais il faut donner un regain d’espoir et aussi des bonnes nouvelles. Je sais que le groupe d’expert est en train de travailler pour trouver un bon compromis."

C’est positif même si nous sommes à un niveau trop haut

Bien entendu la crainte du variant reste d’actualité, et il faut donc rester vigilant mais clairement il faut envisager des assouplissements ajoute l’infectiologue. Dans le groupe d’expert qui travaille à la préparation du comité de concertation programmé ce vendredi, il y a bien évidemment des sensibilités différentes. Certains sont plus anxieux que d’autres mais il y a selon Leïla Belkhir, une prise de conscience générale que la situation devient extrêmement compliquée pour tout le monde.

Yves Van Laethem partage ce constat positif : "La situation est calme. Cela fait à peu près une dizaine de semaines que nous sommes à peu près au même niveau. C’est positif même si nous sommes à un niveau trop haut alors que chez nos voisins, les chiffres ont tendance à s’emballer. Tout le monde en a assez pas que les jeunes".

Un calendrier de déconfinement ?

Pour Yves Van Laethem, il est nécessaire de clarifier le message et il préconise un message qui proposerait des étapes. "Je pense qu’il faut donner des perspectives plus claires. Il faut que les gens sachent vers où on va, pourquoi on y va et quel est le timing pour y parvenir".

Leîla Belkhir va dans le même sens et insiste. "Les gens n’ont pas une vue précise de la situation. Ils sont perdus dans un flot d’informations et d’indicateurs sur la pandémie. Je pense qu’un baromètre pourrait aider à y voir plus clair et pourrait aider et ça offrirait une perspective aux gens. On pourrait par exemple proposer un calendrier en fonction de la vaccination"

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK