Coronavirus et maladie de Kawasaki : les pédiatres assurent que les enfants peuvent rentrer à l'école

Enfant dans une salle de classe de Montignies-sur-Sambre, le 20 avril 2020
3 images
Enfant dans une salle de classe de Montignies-sur-Sambre, le 20 avril 2020 - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

Cette complication est très rare et peut survenir à la suite d'autres maladies virales, ont assuré jeudi les pédiatres de la Belgian Pediatric Task Force et le Centre de crise.


►►► A lire aussi : Tout notre dossier sur le coronavirus


Les pédiatres précisent que le lien avec le nouveau coronavirus n'est pas formellement établi. "Certains de ces enfants sont testés positifs au Covid-19 et d'autres pas. D'autres pathologies virales comme la grippe peuvent être liées à cette complication", a aussi précisé jeudi Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral Covid-19, lors du point presse quotidien du Centre de crise.

Les pédiatres conseillent de prendre contact avec un médecin, comme d'habitude, "si votre enfant a une forte fièvre, se sent somnolent ou affaibli, ou si vous vous faites du souci pour d'autres raisons". Les recherches sur le Covid-19 indiquent que seuls quelques enfants tombent malades, contrairement aux adultes.

La grande majorité d'entre eux présentent une forme bénigne de la maladie, rassurent les pédiatres. Il semble aussi que les enfants jouent un rôle limité dans la transmission de la maladie, même si des études plus larges doivent encore le confirmer, ajoutent-ils.

Les pédiatres estiment que reprendre l'école sera plus bénéfique pour les enfants que de rester confinés. Ils rappellent que l'éducation est un droit fondamental. Les enfants peuvent donc retourner en classe en toute sécurité, sauf rares exceptions, si les règles d'hygiène adaptées à l'âge sont respectées, estime la task force.

Elle invite les parents à consulter leur généraliste ou pédiatre s'ils pensent que leur enfant appartient à un groupe à risque. 

Reportage du JT 19h30 de ce mercredi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK