Coronavirus et enfance en danger: la Fédération Wallonie-Bruxelles crée 39 places d'accueil

La FWB étend son soutien financier à d'autres milieux d'accueil de la petite enfance
La FWB étend son soutien financier à d'autres milieux d'accueil de la petite enfance - © Belga

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a décidé jeudi d'élargir son régime d'aide aux milieux d'accueil pour la petite enfance, lourdement impactés par la pandémie actuelle de Covid-19. Il a aussi pris la décision de Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a aussi décidé jeudi de créer 39 nouvelles places d'accueil temporaires pour accueillir des enfants de 6 à 18 ans en situation de danger.


►►► Retrouvez tout notre dossier sur le coronavirus


 

En raison de la crise sanitaire actuelle, l'accueil de nouveaux jeunes dans les structures existantes générerait une charge de travail supplémentaire conséquente, selon l'exécutif.

Or, les règles de confinement suscitent auprès de certaines familles des tensions exacerbées, pouvant déboucher parfois sur des violences. Pour protéger ces enfants, la Fédération a dès lors décidé de créer 39 places supplémentaires dans quatre structures différentes situées à Loverval, Yvoir, Banneux et Spa.

Les deux premières structures seront opérationnelles du 24 avril au 30 juin, les deux autres du 1er mai au 30 juin.

En raison de la crise sanitaire actuelle, l'accueil de nouveaux jeunes dans les structures existantes générerait une charge de travail supplémentaire conséquente, selon l'exécutif.

Or, les règles de confinement suscitent auprès de certaines familles des tensions exacerbées, pouvant déboucher parfois sur des violences. Pour protéger ces enfants, la Fédération a dès lors décidé de créer 39 places supplémentaires dans quatre structures différentes situées à Loverval, Yvoir, Banneux et Spa.

Les deux premières structures seront opérationnelles du 24 avril au 30 juin, les deux autres du 1er mai au 30 juin.

Sujet sur les violences conjugales, dans notre JT du 11 avril:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK