Coronavirus en Belgique : un nouveau paquet de mesures socio-économiques au menu d'un kern élargi ce samedi

La première ministre belge Sophie Wilmes photographiée lors d'une conférence de presse après une réunion du Conseil national de sécurité pour discuter de la lutte contre le Covid-19.
La première ministre belge Sophie Wilmes photographiée lors d'une conférence de presse après une réunion du Conseil national de sécurité pour discuter de la lutte contre le Covid-19. - © POOL OLIVIER HOSLET - BELGA

Les principaux ministres du gouvernement fédéral et les présidents des dix partis soutenant les pouvoirs spéciaux accordés à l’exécutif de la Première ministre Sophie Wilmès se retrouvent samedi pour approuver différents textes d’arrêtés royaux visant à donner une base juridique à des mesures déjà annoncées pour combattre les effets de la pandémie de coronavirus,

Les partenaires sociaux, réunis au sein du Groupe des 10, le plus important organe de concertation sociale en Belgique, n’ont pas réussi mercredi à s’accorder sur une dizaine de propositions formulées par le gouvernement, auquel il reviendra donc de trancher.


►►► À lire aussi : Toutes nos infos sur le coronavirus


Le paquet soumis à ce conseil ministériel restreint ("kern") mais élargi aux dix présidents de partis porte principalement sur des mesures socio-économiques, a-t-on indiqué de source gouvernementale. Comme la suppression du plafond du nombre d’heures supplémentaires autorisées, l’augmentation du nombre d’heures que peuvent prester les étudiants, le recours à des migrants pour des travaux saisonniers et la possibilité de faire glisser du personnel d’un employeur à un autre en fonction des besoins les plus pressants.

La ministre de l’Economie Nathalie Muylle a laissé entendre vendredi que la dégressivité des allocations de chômage – qu’elle propose de geler du 1er avril au 30 juin en raison de la crise liée au coronavirus – serait à l’ordre du jour de ce kern élargi, tout comme des mesures en faveur des artistes.

Le report de la date des soldes au 1er août, une idée défendue par Mme Muylle (CD&V) et son collègue des Indépendants Denis Ducarme (MR) – et qui a le soutien des magasins de vêtements indépendants mais non de Comeos, la fédération du commerce – ne devrait en revanche pas être examiné samedi.