Coronavirus en Belgique: les masques de la Défense seront disponibles à partir du 15 juin dans les pharmacies

Suite et peut-être fin de la saga des masques commandés par la Défense pour les citoyens belges. Les derniers sont enfin arrivés sur le sol belge ce week-end et ils seront enfin livrés par les militaires, comme prévu… il y a plusieurs semaines déjà. La Défense s’en est expliquée longuement ce matin avec conférence de presse et vue sur une belle rangée de camions visiblement chargés du précieux matériel.

Une commande attendue

Fin avril, la commande totale de la Défense, au nom du gouvernement fédéral – dans l’urgence et dans le respect des règles en matière de marché public, les autorités ont toujours beaucoup insisté là-dessus – concernait 18 millions de masques. Deux sociétés avaient été finalement retenues. L'une, gantoise, a livré il a longtemps déjà. Restait quelques 15 millions de masques attendus de la société luxembourgeoise Avrox. Des masques en tissu qui auraient dû être livrés le 24 mai au plus tard, date prévue de l’arrivée à la caserne de Peutie dans le Brabant flamand.

Mais voilà, le jeudi 28 mai, le ministre de la Défense et des Affaires étrangères Philippe Goffin (MR) était encore interrogé sur le sujet à la Chambre et devait bien reconnaître : "A ce jour, la société Avrox a livré 2,7 millions de masques, et en livrera encore 3,2 millions le prochain week-end. Le solde de la commande (soit plus de 9 millions de masques) doit arriver la semaine prochaine". Début juin donc…

La Défense a mis en avant la qualité recherchée des masques et le volume des commandes à atteindre pour expliquer les lenteurs de la procédure, mais il y a eu donc aussi deux semaines de retard à la livraison-même de la part des producteurs-fournisseurs. Vu ce retard, une pénalité financière à hauteur de 10% du montant du contrat, est évoquée. Le chiffre de 5 millions d’euros de pénalité avait été cité ces derniers jours, à retenir donc sur le montant de la facture. 

D'abord les plus âgés et les plus vulnérables

Selon les explications données ce matin, les masques en tissu – un masque par habitant, taille unique – seront disponibles à partir du 15 juin chez votre pharmacien de référence. A retirer avec votre carte d’identité ou celle de vos proches, enfants. Une personne pourra ainsi venir chercher les masques pour toute la famille (avec cartes d’identité, eID ou certificat de composition familiale), ce qui permettra de limiter le nombre de trajets et éviter les files d’attente. Si vous n’êtes pas en mesure de les récupérer vous-même, un aidant, l’infirmière à domicile, le médecin généraliste, le service de soins familiaux ou un autre prestataire de soins à domicile pourra le faire.

Afin d’assurer un déroulement ordonné, les masques seront fournis à la population sur une période étalée de 10 jours ouvrables. Attention dès lors à votre "classe d’âge". Seront servis en priorité les plus âgés et les plus vulnérables. Ainsi les 75 ans et plus (né en 1945 ou avant) à partir du lundi 15 juin, les 67 ans et plus à partir du 16 juin, les 60 ans et plus à partir du 17 juin, les 55 ans et plus 18 juin, les 50 ans et plus à partir du 19 juin, les 45 ans et plus à partir du 22 juin, les 40 ans et plus à partir du 23 juin les 35 ans et plus à partir du 24 juin, les 30 ans et plus à partir du 25 juin. Enfin tout le monde à partir du vendredi 26 juin.


►►► Notre dossier sur le coronavirus


Cependant, les personnes avec rendez-vous médical urgent à l’hôpital ou chez un autre prestataire de soins de santé, les personnes souffrant d’une maladie chronique ou appartenant à un groupe à risque pourront recevoir leurs masques plus tôt en retirant leurs médicaments. Même chose pour les personnes disposant d’une ordonnance de leur médecin traitant pour un masque en tissu.

Les masques vont à présent être distribués et répartis entre les 4800 pharmacies du pays, via les 28 succursales des grossistes-répartiteurs. Des masques pour rappel toujours jugés essentiels dans la stratégie de déconfinement qui entre dans sa phase 3 ce lundi 8 juin. Pour rappel, ils sont toujours obligatoires notamment dans les transports publics et recommandés pour de nombreuses activités.  

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK