Coronavirus en Belgique : les masques de La Défense ne respecteraient pas les normes, celle-ci réaffirme leur conformité

Les 15 millions de masques réutilisables fournis par la société luxembourgeoise Avrox ne respectent pas les recommandations officielles de lavage, qu’elles soient belges ou internationales. Ces masques, commandés par la Défense à la demande du gouvernement fédéral, doivent être nettoyés à la main dans une eau à 30 °C alors que depuis le début de l’épidémie de Covid-19, il est recommandé de laver les masques réutilisables à 60 °C pour annihiler le virus.


►►► À lire aussi : Toutes nos infos sur le coronavirus


Le cahier des charges envoyé par le Défense aux candidats soumissionnaires au marché public, fin avril, stipulait que leurs produits devaient satisfaire aux recommandations du Bureau belge de normalisation. Or, ces recommandations prévoient pour la désinfection des masques une température de lavage d’au moins 60 °C pendant 30 minutes.

Incohérence pointée du doigt

De plus, un des masques proposé par un candidat soumissionnaire a précisément été refusé par la Défense parce que la température de lavage mentionnée dans le dossier technique remis était de 30 °C et non de 60 °C.

Creamoda, Febelsafe et FB, les organisations du secteur lancent un cri d’alarme : "La distribution de ces masques au peuple belge est un danger pour la santé publique".

Le porte-parole de CREAMODA, la fédération Belge de la Mode et Confection, Jo Van Landeghem, s’insurge : "Ces 18 millions de masques buccaux commandés par le ministre Goffin via la défense, ne peuvent être lavés qu’à la main et à 30 degrés, selon les instructions sur le produit d’AVROX. Ces masques ne répondent même pas aux exigences techniques NBN-DTD-S-65-001-2020 imposées par le gouvernement. Après tout, ils demandent un lavage de désinfection à 60 degrés."

Mireille Rousseaux, Patronne de Dutra, une petite entreprise textile à Wavre, n’en revient toujours pas : "Nous n’avons pas pu répondre à la demande parce que l’urgence ne nous permettait pas de fournir les masques en quantité et dans les délais attendus. Mais on vient juste d’apprendre que les masques commandés par le gouvernement ne peuvent pas être lavés en machine et à plus de 30 degrés."

"Remballez-les", ces masques sont dangereux !

Et de poursuivre : "Ceux-ci ne répondent pas à la norme demandée par "Haut Conseil de la Santé" qui est de les laver à plus de 60 degrés et en machine avec des produits appropriés. On se retrouve donc avec un masque qui va propager le virus et contaminer des personnes. Le porteur va être un acteur de la propagation dans sa famille et autour de lui. On floue le porteur. On lui offre un masque qui ne tient pas la route et qui est même dangereux. Nous disons au ministre d la Défense, Monsieur Goffin 'REMBALLEZ-LES !', Vous avez été floué sur toute la ligne, d’abord sur les délais et maintenant sur la qualité."

Jo Van Landeghem confirme : "Un masque tissé approprié à la pandémie nécessite bien sûr une certaine qualité de tissu, d’autant plus que les masques doivent être lavés de nombreuses fois. Les produits de nos producteurs confectionneurs belges répondent à ces exigences de qualité. Entre-temps, nous pouvons même les fabriquer pour les réutiliser au-delà de 100 fois, jusqu’à 130 fois."

Dix-huit millions de masques ont été commandés et livrés au total : 15 millions viennent d’Avrox et trois millions de la société Tweed&Cottons.

Le Soir a contacté la société Avrox, laquelle assure par communiqué que la qualité des masques, qui seront disponibles en pharmacie à partir du 15 juin, est irréprochable et qu’ils ont réussi tous les tests.

La Défense a appliqué et fait respecter les normes à la lettre

Même confirmation au micro de la RTBF de la part du ministre de la Défense (et des Affaires étrangères) le MR Philippe Goffin : "La Défense a appliqué et fait respecter les normes à la lettre. Dans un premier temps, effectivement, il avait été indiqué au niveau de la norme, que ces masques devaient être lavables à 60 degrés pendant 30 minutes - c'était une obligation -, et puis une deuxième norme est arrivée, totalement indépendante de la Défense, indiquant que désormais c'était une recommandation. Et donc le fabricant de masques - que ce soit l'un ou l'autre d'ailleurs - indique que ces masques remplissent bien les conditions sanitaires, avec des lavages pour l'un à 30 degrés, pour l'autre société à 40 degrés. Tous ces masques ont été testés par un bureau indépendant selon les normes en vigueur et ces normes n'ont pas été élaborées par la Défense. Et tous ces masques répondent bien aux normes. La qualité des masques a été validée. A partir de là, on peut donc les distribuer".

La Défense, ce mercredi soir, a réaffirmé mercredi la conformité des masques en tissu qu'elle a achetés au document technique qui a accompagné l'appel d'offres et aux recommandations de l'Organisation Mondiale de la Santé. "La Défense a mis un masque buccal de haute qualité à la disposition de la population en un temps record au travers d'un marché public solide", a-t-elle déclaré dans un communiqué. 

Le lavage à 60°C repris dans le document technique n'est qu'une recommandation

Quant à la désinfection et la polémique autour du lavage des masques à 30 ou 60°C, "des spécialistes, comme le Dr Marc Van Ranst dans le journal De Standaard du 10 juin 2020, affirment qu'un lavage fréquent à la main avec du détergent et un rinçage approprié désinfecte et garantit la fonctionnalité du masque buccal pour au moins 30 lavages. Ces instructions d'entretiens ne sont donc pas du tout une menace pour la santé de l'utilisateur, bien au contraire. Le lavage à 60°C repris dans le document technique n'est qu'une recommandation, il ne modifiera pas les performances (pas de meilleure protection) du masque, mais il en limitera la durée de vie", a ajouté la Défense.

Distribution maintenue mais avec une recommandation des pharmaciens

Selon le journal Le Soir, une société aurait été écartée du marché car elle proposait des masques qui devaient être nettoyés à 30°C. Faux selon La Défense. "La Défense nie le fait qu'une entreprise ait été écartée parce que le masque qu'elle proposait ne pouvait pas être lavé à 60°C. L'entreprise concernée a été déclarée non-conforme sur le plan technique faute de preuve d'une perméabilité à l'air et d'une capacité de filtration suffisantes", a encore précisé la Défense.

En attendant, l'Association pharmaceutique belge se dit très déçue des masques reçus. Elle s’est réunie cet après-midi et a décidé de distribuer les masques comme prévu, à partir du 15 juin. Elle donnera cependant pour conseil aux citoyens de laisser les masques utilisés 72 heures de côté, à l’écart, avant de les laver comme recommandé avec un détergent léger à 30 degrés.

Défense : Tous les masques en tissu enfin arrivés (JT du 08/06/2020

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK