Coronavirus en Belgique : les masques, aussi soumis à la loi de l'offre et de la demande, estime Wilmès

Pour Sophie Wilmès,  les masques répondent aussi à la loi de l'offre et de la demande.
Pour Sophie Wilmès, les masques répondent aussi à la loi de l'offre et de la demande. - © THIERRY ROGE - BELGA

"Faire semblant que la loi de l’offre et de la demande n’existe pas (sur les masques), c’est mentir à la population", a lancé la Première ministre Sophie Wilmès (MR) ce jeudi en séance plénière de la Chambre. Elle y était longuement interrogée sur les décisions prises par le Conseil National de Sécurité (CNS) de ce mercredi. La question des masques, de leur qualité et de leurs prix a suscité le débat.

Pour la gauche, c’est un tollé

La Première ministre a été attaquée par la gauche PS et PTB.

"On observe des prix démentiels sur les masques et sur le gel hydroalcoolique parce que le gouvernement n’a pas souhaité encadrer les prix", s’est emporté Patrick Prévot (PS). "Des masques ne sont pas disponibles parce que votre gouvernement a manqué de prévoyance et rejeté la responsabilité sur les bourgmestres", a-t-il poursuivi. "Et dans les supermarchés, la qualité est déjà remise en cause par les professionnels et les premiers acheteurs. Vous devez remettre de l’ordre dans ce capharnaüm."

"Il y a six ministres des masques, bientôt un septième pour les élastiques ? ", a ironisé Raoul Hedebouw (PTB). "Et le pire, c’est qu’on ne les a pas alors qu’il y avait des stocks dans la grande distribution." Le député communiste a aussi plaidé pour un encadrement des prix.

Wilmès se défend

"Tous les niveaux de pouvoir mettent tout en œuvre", a répondu Sophie Wilmès. "Et le gouvernement (fédéral) s’inscrit dans cette volonté commune en soutien aux Régions qui, je le rappelle, ont la compétence de la prévention. Ne l’oubliez pas", a-t-elle lancé à l’attention du PS, présent dans les exécutifs des entités fédérées.


►►► Lire aussi : coronavirus en Belgique : quels masques ? Où les trouver ? Comment les utiliser ?


"Il n’y a plus de pénurie sur le marché", a-t-elle ajouté. "Le stock stratégique fédéral dispose de 40 millions de masques disponibles sur demande. Et la grande distribution fournit en outre 5 millions de masques par semaine au bénéfice du stock fédéral ou interfédéral. Cette ouverture (de la vente aux supermarchés) permet aussi d’alimenter notre réserve." La Première ministre a également annoncé l’apport supplémentaire de 12 millions de masques en tissu pour la fin du mois ainsi que de 22 millions de filtres pour renforcer les masques faits maison.

Et de conclure : "on ne peut pas reprocher au gouvernement de prendre ce genre de décision après lui avoir reproché de ne pas en avoir fait assez. Et sur les prix, arrêtons les raccourcis. Nous sommes sur un marché mondial avec la loi de l’offre et de la demande. Faire semblant que cela n’existe pas, c’est mentir à la population."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK